heart_4

9782253154242-T

Éditions Le livre de poche, 2012 (285 pages)

Ma note : 15/20

Quatrième de couverture …

C’est beau un homme de dos qui attend une femme. C’est fier comme un héros qui, ayant tout donné, n’attend plus qu’un seul geste pour se retourner.

La première phrase

« Elle saute dans le taxi comme un enfant dans une flaque d’eau, claque la portière et lance, joyeuse : « A l’aéroport », sort un poudrier de sa poche, vérifie que tout est en ordre. Pour lui, pour lui qui revient, qui revient, qui revient… »

Mon avis …

Un joli livre, à réserver pour celles et ceux qui aiment les romans à teneur 100 % romantique. Une lecture sans grande prise de tête donc.

Angelina est une jeune femme rêveuse et romantique. Elle va bientôt se marier. Une rencontre va cependant bouleverser sa vie lorsque, la veille de son mariage, elle se rend chez son médecin. Dans l’ascenseur, elle rencontre Mann. Lorsque ce dernier la voit, il tombe sous le charme et lui demande si elle croit au coup de foudre. Il lui propose de l’attendre, il reviendra sans faute dans une semaine. Le rendez-vous est pris à l’aéroport de Roissy, ils pourront à partir de cette date vivre leur amour au grand jour. Quels que soient les évènements qui pourraient faire douter notre héroïne de cet amour naissant, elle devra les écarter et s’accrocher à cette promesse. Torturée entre le devoir et la passion, le « oui » à Paul son fiancé et le « non » à cet étranger, Angelina tombe malade. S’ensuit un échange de lettres.

Vous l’aurez compris, un roman sur la thématique de l’amour avec un grand A. J’ai beaucoup aimé. Alors oui, on pourrait se dire qu’il s’agit encore une fois d’un livre mièvre, qui n’apporte rien. Mais pas du tout. Il fait réfléchir. Et puis parfois, ça fait tellement de bien de lire des histoires de belles rencontres amoureuses. Je dois être une grande romantique donc ça aide ! La rencontre dans l’ascenseur fait tout simplement rêver. Même si l’on sait bien que ce conte de fée moderne proposé par Katherine Pancol a peu de chance de se reproduire dans la vraie vie. Le style est cependant parfois inégal. J’ai souvent cette impression là avec les romans de Pancol. J’avoue que j’ai également mis du temps avant de m’attacher aux différents personnages.

Un livre qui vaut cependant largement le coup d’œil pour une petite bulle de douceur. Et en plus il y a des rebondissements (si si) et on a hâte de découvrir la fin. Si vous êtes à la recherche d’un livre intellectuel, fuyez, mais si vous êtes à la recherche d’une intrigue légère et romantique, je vous le conseille fortement.

Extraits …

« C’était le seul secret de la beauté, savoir qui on est. Elle devinait que, grâce à Mann, elle pourrait apprendre à être elle, devenir aussi solide, aussi libre que lui. Un beau tronc d’arbre avec des rameaux qui se balancent au gré du vent. Mann était, Mann existait, Mann se tenait debout. Qu’importe alors qu’il soit petit ou grand, blond ou brun, droit ou cabossé, boiteux ou balafré. C’est de sa force intérieure, de sa liberté qu’elle était tombée amoureuse, on tombe toujours amoureuse de ce qu’on n’a pas. »

« Tu embrasses mon cou, tu me portes, je te porte, on trébuche sur la glace, on est tout mouillés, on rit, on se relève, patience, patience, je bondis, tu me suis, et nous montons lentement dans un immense amour. »

« Le bonheur, ce n’est jamais quand il est là qu’on le mesure, c’est quand il est parti. »

Publicités