heart_51

product_9782070408504_195x320

Éditions Folio, 2012 (99 pages)

Ma note : 18/20

La première phrase

« Lorsque j’avais six ans j’ai vu, une fois, une magnifique image, dans un livre sur la forêt vierge qui s’appelait Histoires vécues. Ça représentait un serpent boa qui avalait un fauve. Voilà la copie du dessin. »

Mon avis …

En plein désert du Sahara, un aviateur tombe avec son avion. Il lui faut réparer l’appareil afin de repartir, et au plus vite, au risque de manquer d’eau. Le lendemain matin, c’est une petite voix qui le réveillera :

« – S’il vous plaît… Dessine-moi un mouton !
– Hein !
– Dessine-moi un mouton ! »

Il s’agit du Petit Prince, tout droit venu de l’astéroïde B612.

Ce petit livre, avec ses très jolies illustrations, peut sembler être adressé en premier lieu aux enfants. Pourtant derrière des mots simples, on y trouve de la profondeur et des messages magnifiques qui ne manquent pas de m’émouvoir à chaque lecture. Ce livre est source d’imagination, un rêve sur papier qui emporte son lecteur en un clin d’œil. C’est peut-être l’une des plus belles histoires jamais écrites sur l’amitié et sur l’amour. Tout en étant une réflexion sur des thèmes qui nous parlent tous (l’attachement, la solitude, l’abandon) ainsi qu’une terrible critique de la société, du « monde des adultes ». J’ai littéralement adoré les leçons du renard, de la rose et du serpent. On retrouve presque un regard d’enfant. Je le relirai dans quelques années afin de voir si mon regard aura changé (peut-être que je découvrirai à nouveau des petits bouts de phrase que je n’aurais pas su saisir jusqu’ici). Et je le ferai lire à mes enfants si j’en ai un jour !

En résumé, je considère ce livre comme un chef d’œuvre, qu’il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie (non non je n’exagère pas). D’ailleurs, si je ne devais emporter qu’un seul livre sur une île déserte, ce serait celui-ci. Un livre plein de grâce et de poésie.

Extraits …

« Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

« Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde. »

« Toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants. (Mais peu d’entre elles s’en souviennent.) »

« Les étoiles sont éclairées pour que chacun puisse un jour retrouver la sienne. »

Publicités