heart_51

15598710-181x300

Éditions Le livre de poche, 2007 (208 pages)

Ma note : 18/20

Quatrième de couverture …

En a-t-on parlé de l’Île du Nègre ! Elle avait, selon certains, été achetée par une star de Hollywood. Des journaux avaient insinué que l’Amirauté britannique s’y livrait à des expériences ultrasecrètes. Bref, quand ils reçurent – sans savoir de qui – cette invitation à passer des vacances à l’Île du Nègre, tous les dix accoururent.

La première phrase

« Dans le coin fenêtre d’un compartiment fumeurs de première classe, le juge Wargrave, retraité depuis peu, tirait sur son cigare en parcourant avec intérêt les pages politiques du Times. »

Mon avis …

Quelle ambiance étrange dans ce huis clos terrifiant ! Tout y est : des personnages au passé trouble, une mise en scène angoissante, une comptine machiavélique, des soupçons et des mobiles. Ce livre fait assurément partie de mes coups de cœur. L’écriture d’Agatha Christie est tout simplement parfaite. Ce n’est pas pour rien que cette grande dame est surnommée « La Reine du crime ». Un récit court, mais efficace et pour le moins surprenant. Je ne sais si c’est l’effet de la comptine ou de cette île isolée et mystérieuse, mais je trouve que l’auteure signe ici l’un de ses meilleurs romans. En résumé, j’ai été captivée tout en passant un superbe moment.

Huit personnes, qui ne se connaissent pas, reçoivent une invitation à se rendre sur l’île du Nègre. Leurs hôtes possèdent en effet une demeure luxueuse, juchée sur cette île qui a fait couler beaucoup d’encre. Les invités se laissent tenter par la perspective d’un séjour agréable. Ils sont accueillis par deux domestiques, embauchés expressément pour l’occasion. Seulement, aussi étrange que terrifiant : en comparant les invitations, chacun s’aperçoit qu’elles sont signées sous un pseudonyme différent ! C’est alors qu’une voix s’élève mystérieusement, accusant chaque invité d’avoir commis un crime. Un compte à rebours mortel commence, rythmé par les couplets d’une comptine angoissante.

J’ai beaucoup aimé les personnages de Lombard et de Vera Claythorne : mes préférés. La force de ce roman est que l’on soupçonne quasiment tous les protagonistes d’être à l’origine de cette sombre mise en scène. Le lecteur ne connaîtra le dénouement de l’intrigue qu’au niveau des toutes dernières lignes…

Un roman emblématique de l’oeuvre d’Agatha Christie, s’il ne fallait en choisir qu’un. A lire absolument, que vous soyez adepte ou non du genre policier !

Extraits …

« Une île, ça avait quelque chose de magique ; le mot seul frappait l’imagination. On perdait contact avec son univers quotidien – une île, c’était un monde en soi. Un monde dont on risquait parfois – qui sait ? – de ne jamais revenir. »

« Dix petits Nègres s’en allèrent dîner.
L’un d’eux s’étrangla et il n’en resta plus que
Neuf.
Neuf petits Nègres veillèrent très tard.
L’un d’eux oublia de se réveiller et il n’en resta plus que
Huit.
Huit petits Nègres voyagèrent dans le Devon.
L’un d’eux voulut y demeurer et il n’en resta plus que
Sept.
Sept petits Nègres cassèrent du bois avec une hachette.
Un se coupa en deux et il n’en resta plus que
Six
Six petits Nègres jouèrent avec une ruche.
Un bourdon piqua l’un d’eux et il n’en resta plus que
Cinq.
Cinq petits Nègres étudièrent le droit.
L’un d’eux devint avocat et il n’en resta plus que
Quatre.
Quatre petits Nègres s’en allèrent en mer.
Un hareng saur avala l’un d’eux et il n’en resta plus que
Trois.
Trois petits Nègres se promenèrent au zoo.
Un gros ours en étouffa un et il n’en resta plus que
Deux.
Deux petits Nègres s’assirent au soleil.
L’un d’eux fut grillé et il n’en resta plus que
Un.
Un petit Nègre se trouva tout seul.
Il alla se pendre et il n’en resta plus
Aucun. »

Publicités