heart_32

La-promesse_couv

[Format E-book], 2015 (152 pages)

Ma note : 13/20

La première phrase

« Elle, dimanche, lundi.

Un froid intense pour la saison. Qui serre la peau sur les os. Du vent à n’en plus finir. »

Mon avis …

C’est une chronique un peu particulière que je choisis de vous présenter aujourd’hui. Courant février, j’ai en effet été contactée par une auteure, Agnès Janin, qui me proposait de lire son roman et de lui en faire un retour. Tout d’abord un énorme merci pour cette découverte et cette expérience, je souhaite à ce livre beaucoup de succès ! Le roman m’a été envoyé par mail (j’ai donc eu accès à sa version .pdf). Ce petit livre est actuellement en recherche de financement via « Bibliocratie ».

Ce roman nous conte l’histoire d’un homme et d’une femme. Il est photographe. Elle est agricultrice. Ils semblent tous deux sortir d’un passé difficile, avec des blessures. En l’espace de quelques jours, leurs chemins vont subtilement s’entremêler, sans jamais réellement se croiser. Jusqu’au jour de leur rencontre.

J’ai tout de suite été attirée par le titre que je trouve plutôt doux, poétique, j’avais hâte de découvrir ce qu’il pouvait dissimuler. Je ne vous cache que la lecture du roman sur mon ordinateur a été difficile les premiers temps. Je n’ai pas encore tout à fait l’habitude de lire un livre à travers un écran. Néanmoins, cette lecture a plutôt été une bonne surprise. Par le biais de phrases courtes et percutantes, l’auteure nous fait petit à petit pénétrer dans le quotidien de ses deux principaux protagonistes. J’ai adoré le fait de pouvoir partager simultanément une journée de notre agricultrice, puis cette même journée avec cette fois-ci, les ressentis et éléments de vie du photographe. Et surtout, Agnès Janin possède une écriture que je trouve très sensorielle. Le bruit du vent, la chaleur d’une tasse de thé, les rayons du soleil qui transpercent les volets… autant de petites images saisies au vol, et qui me parlent toujours énormément. Les personnages sont attachants, on sent qu’ils ont souffert et on espère les voir accéder au bonheur qu’ils méritent. Un regret cependant : qu’ils ne soient pas réellement nommés dans le roman. J’aurais beaucoup aimé qu’ils soient désignés par un prénom. Malgré tout, l’emploi des pronoms « Il » et « Elle » conserve un certain charme… On peut peut-être d’autant plus facilement s’identifier aux personnages.

Tout ne m’a cependant pas plu. J’y ai trouvé des longueurs. Je me suis ennuyée au cours de certains passages. J’ai mis du temps à m’habituer aux phrases courtes mais descriptives, ainsi qu’à la lenteur de l’écriture. Mais j’ai été touchée par cette ambiance simple et authentique, ainsi que par le final qui est tout simplement parfait à mon goût. Aussi ce n’est pas un coup de cœur, mais plutôt un livre qui aura réussi à me toucher par certains côtés (ce n’est déjà pas si mal !). Je remercie encore Agnès Janin pour m’avoir confié et fait découvrir son roman.

Extraits …

« Elle décida aussi d’ouvrir un nouveau pot de confiture. Elle les passe tous du doigt en revue, après avoir soulevé le rideau voilant l’intérieur du placard. Abricot, Framboise, Groseille … Ce sera Rhubarbe ! Elle avait envie d’acidité sur sa langue. Elle remit aussi de l’eau à chauffer et dégusta ses tartines debout en faisant des allées et venues devant la fenêtre. Le chat arriva miaulant à la porte. Elle alla lui ouvrir et s’assit sur le perron. Le vent se calmait, le soleil dardait ses rayons avec de plus en plus d’entrain. »

« Elle alla à la remise chercher du terreau et des pots de fleurs. Il faisait chaud, il faisait bon. On entendait les grillons et ça, ça la faisait encore rêver. La promesse du chant des grillons. Ne rêver à rien de précis, c’était juste doux. »

Roman lu dans le cadre d’un partenariat

Publicités