heart_32

quand-souffle-le-vent-du-nord2

Éditions Le livre de poche, 2013 (348 pages)

Ma note : 12/20

Quatrième de couverture …

Un homme et une femme. Ils ne se connaissent pas mais échangent des mails. Jusqu’à devenir accros. Jusqu’à ne plus pouvoir se passer l’un de l’autre, sans se rencontrer pour autant…

Savoureuse et captivante, cette comédie de mœurs explore avec finesse et humour la naissance du sentiment amoureux.

La première phrase

« 15 janvier

Objet : Résiliation

J’aimerais résilier mon abonnement. Puis-je m’y prendre ainsi ? Cordialement, E. Rothner. »

Mon avis …

Des échanges par mail. Une rencontre sur internet. La montée du désir. Cette envie de connaître l’autre. Cette relation virtuelle survivra t-elle à une rencontre ? Daniel Glattaeur, auteur autrichien, nous livre avec ce titre une romance 2.0. Rédigé sous la forme d’un roman épistolaire, cet écrit présente assurément un petit côté addictif. Je me suis passionnée pour les premiers échanges entre nos deux personnages. Je n’avais bien sûr qu’une envie : découvrir comment allait évoluer cette rencontre virtuelle. Et puis malheureusement, je trouve qu’on tourne un peu en rond. Je me suis sentie quelque peu déçue et frustrée par la fin du livre que je trouve abrupte et inattendue. Heureusement, la suite (deuxième et dernier volet de l’intrigue) m’attend avec La septième vague. J’espère qu’elle sera à la hauteur de mes espérances et qu’elle rattrapera le tout.

Emma et Léo ne se connaissent pas. Ils entrent en contact, complètement par hasard, suite à une erreur d’adresse e-mail.

Emma (Emmi pour ses amis), vive et mordante, ne semble pas être très heureuse dans son couple. Léo, professeur de psychologie pince-sans-rire, semble s’ennuyer dans sa vie. Si les échanges n’échappent pas à quelques clichés, j’ai dans un premier temps trouvé le tout plutôt romantique. Malheureusement, cette première impression n’a pas duré éternellement. J’ai littéralement été agacée par le rythme. J’aurais voulu que ça avance plus vite. Les personnages font deux pas en avant, puis trois en arrière. J’ai également été ennuyée par l’accumulation de mails. J’aurais par exemple souhaité avoir plus de scènes au niveau de leurs vies respectives tout en ayant moins de messages…

Dernier bémol : je ne crois pas réellement à la naissance de l’amour par le virtuel. Je comprend qu’un attachement très fort puisse s’installer (je l’ai même déjà vécu il y a quelques années), parfois même une certaine dépendance. Mais peut-on parler d’amour avant une rencontre, je n’en suis pas sûre du tout. Pour le coup, je n’ai pas pu m’empêcher de comparer mes possibles réactions si j’avais été à la place d’Emma et je ne crois pas que j’aurais réagi comme elle a pu le faire.

Quoi qu’il en soit ce roman reste idéal pour se divertir. J’ai beaucoup aimé la scène au café/bar où nos personnages espèrent se trouver. Je suis malheureusement restée sur ma faim avec le final. Et comme j’ai horreur de ne pas terminer une intrigue lorsqu’il y a plusieurs volumes, j’ai donc prévu de lire la suite ! A lire pour celles et ceux en manque d’idées lecture, et pour passer un moment sympathique sans en attendre beaucoup plus.

Extraits …

« Je trouve fascinant que vous soyez capable d’engager la conversation avec une personne que vous ne connaissez pas du tout, que vous n’avez encore jamais vue et que vous ne verrez probablement jamais, de qui vous n’avez rien à attendre, et cela sans savoir si elle vous répondra de la même manière. »

« – Donc, Léo, répondez : Comment embrassez-vous ?
– J’embrasse comme j’écris.
– C’est très prétentieux mais ça n’a pas l’air mal, Léo. D’ailleurs : votre manière d’écrire est unique.
– Ma manière d’embrasser aussi.
– Si vous me promettez que vous embrassez comme vous m’avez écrit hier et aujourd’hui, alors je me risque !
– Alors risquez-vous ! »

Publicités