heart_4

DSCN1550

Éditions Le livre de poche, 2004 (284 pages)

Ma note : 15/20

Quatrième de couverture …

Quel rapport peut-il y avoir entre les attentats qui ensanglantent Londres et visent la famille royale, et les recherches d’une jeune historienne sur la terrible Lady Margaret, décapitée au XVIIème siècle ? La vengeance peut-être. Ou l’hypnose ?

Le surnaturel, pour deux jumelles aux prises avec un psychopathe ; la passion meurtrière d’un jeune homme pour son ancien professeur ; amour, mort et loterie pour les deux amis de « Jour de chance » : l’auteur de la La Nuit du renard, Grand prix de littérature policière, explore ici, en cinq récits, toute la gamme du suspense et de la terreur.

La première phrase

« Avec un mélange de regret et de soulagement, Judith referma le livre qu’elle consultait, posa le stylo sur le dessus de son gros cahier, repoussa le fauteuil pivotant et se leva. »

Mon avis …

Le fantôme de Lady Margaret est un recueil de cinq nouvelles policières, publié en 1989. Mon histoire avec Mary Higgins Clark remonte au collège. J’avais alors lu La nuit du renard, en cours de français, pour étudier les différents codes du registre policier. Je n’en ai gardé que de vagues souvenirs, je compte donc le relire un jour. En attendant, j’ai eu envie de me replonger dans ces nouvelles, flirtant entre le suspense et le surnaturel pour Le fantôme de Lady Margaret. Celle-ci fait d’ailleurs partie de mes préférées avec Terreur dans le campus et L’une pour l’autre.

Ce recueil comprend cinq nouvelles : Le fantôme de Lady Margaret, Terreur dans le campus, Un jour de chance, L’une pour l’autre, L’ange perdu.

Le fantôme de Lady Margaret

Tout semble sourire à Judith Chase. Romancière, elle termine tout juste son dernier livre historique. Jolie et cultivée, elle est également follement amoureuse de Stephen, son fiancé promis à un brillant avenir en politique. Seulement notre héroïne n’a qu’une idée en tête : retrouver secrètement ses parents naturels. Lors d’une soirée, elle rencontre le Dr Patel, un neurologue renommé, qui par l’hypnose propose à certains patients de remonter dans leurs souvenirs les plus enfouis.

Verdict : j’ai beaucoup aimé cette nouvelle. J’ai en effet adoré me retrouver en plein coeur de l’Angleterre du XVIIème siècle. L’auteure alterne ainsi entre passé et présent. Et ça fonctionne très bien, le rythme est soutenu à souhait. La « rencontre » entre Judith et Lady Margaret est inquiétante, tandis que le final réussit à nous faire froid dans le dos… Une nouvelle que je vous conseille, surtout si comme moi vous appréciez l’Histoire et les récits de fantômes.

Terreur dans le campus

Cette fois-ci notre héroïne s’appelle Kay. Ancienne prof dans un lycée, elle est invitée à une soirée d’anciens élèves. Elle n’a pour autant qu’une envie : rentrer au plus vite afin de retrouver Mike, son mari. D’autant plus que le couple a essuyé une dispute le jour même. Seulement, il y a un hic : la présence d’un ancien élève, au physique ingrat, qui n’a eu de cesse de vouloir séduire la jeune femme du temps où elle était enseignante. Enlevée et séquestrée, Kay cherchera à fuir. Inquiet et écartant l’hypothèse d’une rupture amoureuse, Mike mènera l’enquête.

Quel thriller passionnant et addictif ! Bon, je ne le trouve pas spécialement original… je crois que la plume de l’auteure y est certainement pour beaucoup. Cette nouvelle a en effet réussi à me faire frissonner. Un enlèvement, un psychopathe, une enquête : tous les ingrédients sont là pour satisfaire le lecteur. Et c’est bien une réussite.

L’une pour l’autre

Mary Higgins Clark nous livre ici une intrigue particulière. Privé d’un rôle auquel il tenait beaucoup, Jimmy, acteur en devenir, s’introduit dans l’appartement de Caroline. Son but est simple : il faut la tuer. Cinq ans auparavant, il s’était trompé et avait tué la mauvaise sœur, la sœur jumelle. Seulement cette fois-ci, le jeune homme est bien décidé à ne pas rater son coup.

L’intrigue est piquante et anxiogène, le rythme monte peu à peu. J’ai adoré. Cette nouvelle est ma préférée de ce recueil. On a de la peine pour Caroline qui réussit malgré tout, pour un temps, à tenter de manipuler son agresseur. La fin est pour le moins surprenante. Une nouvelle que je conseille.

En bref, un recueil sympathique. Si j’ai malheureusement beaucoup moins accroché aux deux autres nouvelles, Mary Higgins Clark a tout de même réussi à m’embarquer. Je continuerai donc à la lire avec plaisir.

Extraits …

(Le fantôme de Lady Margaret) « Je vais vous faire à nouveau régresser jusqu’à cette date. Vous assistiez à cette exécution. Cette fois, détournez la tête. Ne regardez pas. Ne fixez surtout pas le visage de Lady Margaret. Rencontrer ses yeux serait extrêmement dangereux. »

(L’une pour l’autre) « Cinq ans auparavant, jour pour jour, il avait commis l’erreur de sa vie. Il avait tué l’autre fille. Lui, le meilleur acteur du monde, avait raté sa dernière scène. Aujourd’hui, il allait rectifier le tir, et cette fois-ci il n’y aurait pas de méprise. »

Publicités