heart_51

summerset-abbey-tome-1-les-heritieres

Éditions France Loisirs, 2014 (382 pages)

Ma note : 17/20

Quatrième de couverture …

1913, domaine de Summerset Abbey : Prudence, jeune fille choyée, est brutalement abaissée au rang de domestique… Amours, mensonges et trahisons dans l’Angleterre des maîtres et des serviteurs.
Prudence, bien que fille de préceptrice, a été élevée avec Victoria et Rowena, les enfants de sir Buxton. Mais à la mort de ce dernier, les deux sœurs partent vivre chez leur oncle, le comte de Summerset. Pour lui et son épouse, Prudence n’est qu’une domestique et sa place est désormais parmi eux. La rencontre de la jeune fille avec le beau lord Billingsly pourra-t-elle changer son destin ?
Pourquoi le comte et la comtesse haïssent-ils tant Prudence ? Et quels plans fomentent-ils pour les trois jeunes filles ? La propriété familiale, froide et colossale, cache en son sein de nombreux secrets…

La première phrase

« Prudence Tate s’arrêta sur le seuil de la porte voûtée pour laisser à Victoria le temps de se ressaisir. Les dizaines de chapeaux à plumes noires devant elle donnaient l’impression qu’un vol de corbeaux avait envahi l’église. »

Mon avis …

Cette lecture a été un coup de cœur, et risque fort de plaire aux nombreux fans de la série Downton Abbey. Le règne de George V. L’avènement de l’industrialisation. Les revendications des femmes. L’arrivée prochaine de la Grande Guerre. Pour ce premier opus, l’intrigue se déroule de 1913 à 1914. Nous y suivons le quotidien des sœurs Buxton, Victoria et Rowena. Instruites, les deux jeunes femmes ont été élevées par un père aimant et libéral, soucieux de leur transmettre le goût du savoir plutôt que l’usage des bonnes manières. Alors que Victoria présente une appétence marquée pour la botanique, Rowena préfère se rallier au mouvement des suffragettes. Les deux sœurs ont également tissé un lien très fort avec Prudence Tate, qui bien que fille de préceptrice a reçu la même éducation, et surtout, leur voue une amitié sans faille. Seulement le décès de sir Buxton semble créer bien des remous… Si la plume de T. J. Brown est simple, légère, ce premier tome pose les bases d’une saga historique prenante. J’ai été on ne peut plus séduite.

Au-delà de l’intrigue, l’auteure explore les conditions de vie des différentes classes sociales de l’époque (fermiers, bourgeois, aristocrates). Et dresse donc un panel plutôt complet de la société anglaise d’alors. J’ai tout autant grandement apprécié les différents personnages. Je vous avoue avoir une préférence marquée pour Rowena, qui en tant qu’aînée se sent investie de la mission de protéger sa sœur ainsi que Prudence. Le décès de sir Buxton n’étant que le premier maillon de toute une série de difficultés, auxquelles vont devoir faire face les trois jeunes femmes. Contraintes de devoir quitter le domaine familial, Victoria et Rowena sont accueillies chez leur oncle, le comte de Summerset. Elles doivent très vite s’adapter aux usages stricts de l’aristocratie anglaise. De son côté, Prudence est autorisée à s’installer au domaine, si ce n’est qu’elle servira en tant que domestique. Elle se retrouve alors coupée des deux personnes qu’elle chérit le plus. Les trois femmes s’éloignent peu à peu… Très rapidement, une autre difficulté surgit : Prudence connaîtra-t-elle un jour l’identité de son père ? Ou est-elle condamnée à ne jamais trouver sa place ?

L’auteure développe ses personnages de façon cohérente en les faisant grandir au regard des évènements de vie. J’ai beaucoup aimé suivre Prudence à travers sa quête d’identité. De même que j’ai apprécié suivre les débuts des romances qui semblent ici voir le jour. Je trouve que les trois prétendants sont d’ailleurs intéressants, surtout Jon et lord Billingsly. La fin est pour autant surprenante. J’ai hâte de m’attaquer au deuxième tome, en espérant qu’il m’enchante autant que celui-ci.

En résumé, une lecture agréable et addictive. Je n’ai pas réussi à lâcher le roman une fois ouvert. J’émets pour autant une petite réserve quant à l’écriture, dans le sens où ce n’est pas le style littéraire qui m’aura poussée au coup de cœur. Le style de l’auteure est malgré tout fluide. Les personnages sont bien campés et attachants, je n’ai forcément qu’une hâte : m’attaquer au deuxième tome.

Extraits …

« Elle se força à respirer lentement malgré l’émotion qui la faisait trembler intérieurement.
– J’aimerais que nous parlions de la place de Prudence dans la famille, ou plutôt, que vous m’expliquiez pourquoi elle vit dans la partie réservée aux domestiques, qui est la plus éloignée de la place qui devrait être la sienne.
Son oncle se leva tandis que sa tante ne détachait pas les yeux du visage de Victoria. Celle-ci s’efforça de soutenir son regard, mais, devant la force de caractère et la volonté de sa tante, elle fléchit et se tourna vers son oncle.
– J’ignore ce que vous voulez dire, lâcha-t-il, démenti par la rougeur qui envahissait son cou.
– Elle sait, finit par articuler tante Charlotte. »

« Il lui sembla qu’ils volaient depuis une éternité quand il opéra un demi-tour, l’aéroplane tellement incliné que l’aile paraissait toucher les nuages. La manœuvre fit battre plus vite le cœur de Rowena par un mélange de peur et d’excitation. Qu’il devait être grisant de savoir contrôler une telle machine, de pouvoir voler lorsqu’on en avait envie !
Lentement, ils redescendirent et s’enfoncèrent dans les nuages, glacés jusqu’aux os par la brume. »

Publicités