lepetitprince

Sortie : 29 juillet 2015

Réalisation : Mark Osborne

Animation

Ma note : 17/20

Publié en 1943, Le Petit Prince demeure certainement l’un des écrits les plus emblématiques de notre littérature. Lorsque je l’ai lu pour la première fois, j’ai tout de suite été frappée par la beauté des mots. Il s’en dégage une telle poésie. J’ai savouré chaque mots, chaque syllabes. De même que j’ai été happée par les messages transmis par Saint-Exupéry. Son adaptation au cinéma était un pari risqué. Je n’ai pour autant pas été déçue. J’y ai trouvé une adaptation audacieuse, moderne, qui a su respecter tout l’esprit de ce conte philosophique. Le texte initial n’est absolument pas déformé, pour mon plus grand bonheur. J’ai souri, j’ai même pleuré. En bref, j’ai littéralement adoré.

the_little_prince_a

Cette adaptation de Mark Osborne, le réalisateur de Kung Fu Panda, met en scène de nouveaux protagonistes. Nous découvrons ainsi le personnage d’une petite fille, intelligente et très curieuse, destinée à travailler d’arrache-pied pour parvenir à intégrer l’école de ses rêves. Ou plutôt l’école où sa maman souhaiterait vivement l’inscrire. La rencontre entre cette petite fille et un voisin plutôt fantasque (un aviateur, qui n’a pas réellement quitté le monde de l’enfance) risque pour autant de tout bouleverser.

118420-e1438462758343

Je vous avoue avoir eu un peu peur de ne pas accrocher du tout, surtout lorsque j’ai eu vent que cette relecture du Petit Prince serait directement liée au vécu d’une petite fille (il allait donc y avoir deux histoires évoluant en parallèle). Finalement, les deux parties se recoupent, puisque c’est grâce à sa découverte du Petit Prince que notre petite héroïne se retrouve plongée dans l’univers du livre, et évolue avec lui. Certains diront sans doute que l’histoire de la petite fille prend parfois le dessus sur celle du Petit Prince. Pour ma part, j’ai adoré ! Je trouve que l’idée du réalisateur est finalement extrêmement intéressante. L’esprit du roman se retrouve ainsi ancré dans quelque chose de plus concret. Et finalement, rien ne vient dénaturer ce qui fait l’essence du livre, bien au contraire. La magie de la littérature est célébrée comme il se doit. Les personnages, que ce soit l’aviateur ou la petite fille, sont très émouvants.

Du côté de l’esthétique, Mark Osborne a utilisé différentes techniques d’animation : les images de synthèse pour la partie vécu des personnages, le stop motion pour l’intrigue du Petit Prince. Le bilan ? Les dessins sont soignés. Certains passages sont d’une beauté à couper le souffle. Je pense notamment à celui réunissant la petite fille et l’aviateur (écoutant « Boum ! » de Charles Trenet) dans le jardin, ou encore le déversement d’étoiles à la fin du film. Je n’avais pas pleuré au cinéma depuis le final de Gatsby le Magnifique, en mai 2013. J’ai ici versé une larme à plusieurs reprises, tant j’ai été émue et tant j’ai réellement retrouvé les émotions ressenties au cours de ma lecture du Petit Prince. Car tout y est (ou presque) : les merveilleux messages délivrés par la rose, le renard ou encore le serpent ; la critique d’une société qui en oublie parfois l’essentiel ; une réflexion sur le passage du monde de l’enfance à l’âge adulte.

Malgré tout, peut-être que dans la deuxième partie le film s’attarde un peu trop sur des petits détails, et que ça commence à devenir longuet… Ce sera donc un 17, et non pas un 18 ou un 19.

Concernant les ressentis que l’on peut éprouver, je pense aussi malheureusement que tout reste à double tranchant. Je me fais parfois la réflexion qu’avec Le Petit Prince, soit l’on se trouve touché(e) en plein cœur, soit l’on reste complétement hermétique aux messages délivrés par Saint-Exupéry. Et à mon avis, cela fonctionne également ainsi avec le film…

Pour ma part, j’ai trouvé le tout mignon et émouvant. J’aurai été bouleversée par le roman, et j’ai à nouveau  été bouleversée. Cette relecture rend selon moi encore plus accessible les messages délivrés par Antoine de Saint-Exupéry.  Elle reste donc fidèle à l’œuvre d’origine, tout en se montrant pertinente. De plus, elle peut autant plaire aux petits qu’aux plus grands. C’est donc pour moi une réussite.

le-petit-prince-photo-548568e473e36

Publicités