heart_4

3689edf3f2bec2dcfcb228432fa5497d21bd3ce3132b934a94a58b557c3ab642

Éditions Le livre de poche, 2014 (184 pages)

Ma note : 15/20

Quatrième de couverture …

Vif, audacieux, impertinent, rossant sans arrêt le commissaire (qui ici, en l’occurrence, s’appelle l’inspecteur Ganimard), traînant les cœurs après lui et mettant les rieurs de son côté, se moquant des situations acquises, ridiculisant les bourgeois, portant secours aux faibles, Arsène Lupin, gentleman cambrioleur, est un Robin des Bois de la « Belle Époque ». Un Robin des Bois bien français : il ne se prend pas trop au sérieux, ses armes les plus meurtrières sont les traits d’esprit ; ce n’est pas un aristocrate qui vit comme un anarchiste mais un anarchiste qui vit comme un aristocrate.
Arsène Lupin, après plus d’un demi-siècle, n’a pas vieilli. Il ne vieillira jamais en dépit de son chapeau haut de forme, de sa cape et de son monocle.

La première phrase

« L’étrange voyage ! Il avait si bien commencé cependant ! Pour ma part, je n’en fis jamais qui s’annonçât sous de plus heureux auspices. »

Mon avis …

Rédigées entre 1905 et 1907, les neuf nouvelles  constituant ce recueil ont contribué à populariser le personnage d’Arsène Lupin (dont Jacques Dutronc chantait les louanges). De ce nouveau héros à la française, nous découvrons son goût pour le déguisement, pour les plans flamboyants, son rapport à la presse, son amour pour le luxe ou encore sa vieille complicité avec l’inspecteur Ganimard (son ennemi de toujours). Si je connaissais le personnage par la série télé, j’ai adoré me plonger dans l’écriture de Maurice Leblanc. Le style y est simple et sans ambages, mais bourré d’humour. Des nouvelles que j’ai dévorées, tout simplement. Si certaines se font pour autant moins savoureuses que d’autres, j’ai beaucoup aimé L’arrestation d’Arsène Lupin, Le coffre-fort de Mme Imbert, La perle noire et Herlock Sholmes arrive trop tard.

Ce recueil comprend neuf nouvelles : L’arrestation d’Arsène Lupin, Arsène Lupin en prison, L’évasion d’Arsène Lupin, Le mystérieux voyageur, Le collier de la reine, Le coffre-fort de Mme Imbert, Le sept de cœur, La perle noire, Sherlock Holmes arrive trop tard.

L’arrestation d’Arsène Lupin

Un paquebot à destination des États-Unis. Arsène Lupin est à bord, ce qui effraie la haute société. Mais comment le reconnaître ? Le romantisme est au rendez-vous : entre deux larcins, Arsène Lupin n’hésite pas à faire la cour à une jeune femme rencontrée à bord.

Le coffre-fort de Mme Imbert

Par une habile manœuvre, Arsène Lupin parvient à se trouver sous les bonnes grâces de Mr et Mme Imbert. Ce qui l’intéresse : un coffre rempli d’argent soigneusement surveillé par le couple. J’ai beaucoup aimé cette nouvelle tant je ne m’attendais pas à son dénouement. Car les victimes ne sont pas nécessairement celles attendues.

La perle noire

Ici, Lupin joue la carte de l’enquêteur afin de mettre la main sur un bijou hautement convoité appartenant à une comtesse. Problème : on le lui souffle de peu.

Herlock Sholmes arrive trop tard

Petit détour par un château de Normandie pour un clin d’œil amusant au non moins célèbre détective britannique. Je dois dire que cette nouvelle m’a fait sourire. Maurice Leblanc joue du côté caricatural de cette rencontre pour le moins improbable, mais le tout se fait très drôle (pour notre plus grand plaisir).

En résumé, j’ai grandement apprécié ma balade dans la haute société du début du XXème siècle. Vivant en Normandie, j’ai d’autant plus adoré identifier les lieux associés aux nouvelles ou encore voyager dans certains manoirs et châteaux. J’ai moins été touchée par la plume de Maurice Leblanc. Je pense avoir préféré l’atmosphère qui se dégage de ces neuf nouvelles, ainsi que les personnages, plutôt que le style littéraire de l’auteur en lui-même. Néanmoins, ce recueil dégage un charme fou. Je suis donc prête à réitérer l’expérience.

Extraits …

(L’arrestation d’Arsène Lupin) « Arsène Lupin, le fantaisiste gentleman qui n’opère que dans les châteaux et les salons, et qui, une nuit, où il avait pénétré chez le baron Schormann, en était parti les mains vides et avait laissé sa carte ornée de cette formule : Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur, reviendra quand les meubles seront authentiques. »

Publicités