296548-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Sortie : 26 octobre 2016

Réalisation : Tate Taylor

Avec Emily Blunt et Rebecca Ferguson

Thriller

Ma note : 13/20

Lundi soir, je suis allée au cinéma voir La fille du train. Il faut dire que j’étais impatiente de me pencher sur cette adaptation lorsque j’ai su qu’Emily Blunt (que j’aime beaucoup) allait interpréter le rôle de Rachel. Si vous vous en souvenez, je n’avais été que moyennement convaincue par le roman signé Paula Hawkins. Malgré mon enthousiasme face au découpage du livre (roman à plusieurs voix), j’y avais trouvé quelques longueurs ainsi que des personnages peu attachants. Je peux désormais vous dire une chose : j’ai largement préféré le film au roman. Même si pour rester dans la même veine, je lui préfère de beaucoup Gone girl (adaptation des Apparences de Gillian Flynn) ou encore Avant d’aller dormir (S. J. Watson).

L’intrigue se montre plutôt simple. Lorsque Rachel prend le train chaque matin, elle aime rêver (avec obsession) le quotidien d’un couple, formé par Megan et Scott. Leur petite maison longe la voie du train et nos deux tourtereaux semblent filer le parfait amour.

107377-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

De son côté, Rachel traverse une période difficile. Alcoolique, elle tente difficilement de se remettre d’une rupture. Tom, son ex-mari, vit désormais avec la jolie Anna avec qui il a eu un enfant. Observer Megan et Scott, c’est donc un peu comme se replonger quelques années en arrière. Des années où elle se sentait bien plus heureuse. Jusqu’au jour où un drame survient. Les autorités annoncent la disparition de Megan. Rachel trouve alors un but : il faut absolument la retrouver. D’autant plus que notre héroïne est depuis interrogée et suspectée de meurtre. Megan n’était autre que la nourrice de l’enfant de son ex-mari. Or pour la police, Rachel rôde un peu trop souvent autour de la maison de Tom…

Un très bon point : j’ai trouvé Emily Blunt absolument bluffante dans son rôle de femme fragile qui tente de comprendre et de s’en sortir. Je dois même dire que grâce à l’actrice, je me suis enfin réconciliée avec le personnage de Rachel. J’ai également suivi le film avec beaucoup de plaisir, même si la première partie traîne parfois un peu en longueur. Je trouve par contre dommage que le film ne reprenne pas le roman à 100%. L’intrigue se déroule ici aux États-Unis (Londres dans le livre) et surtout… avec le roman nous ne comprenons que petit à petit que Rachel est en grande souffrance. Or ici tout nous est déjà servi sur un plateau d’argent. Ceci enlève peut-être un peu de force à ce thriller.

Au niveau du film, j’ai apprécié (comme à la lecture du roman) m’interroger sur les liens qui unissent nos personnages. Car sans trop en dévoiler, on peut quand même dire qu’il s’agit de LA clef de l’intrigue. Malheureusement, en dehors de cet aspect, l’identité du/de la coupable est peut-être un peu trop évidente à mon goût. Heureusement, il nous reste la performance d’Emily Blunt ainsi le jeu des autres acteurs pour nous faire passer un bon moment.

En bref, La fille du train est un thriller psychologique qui ne me convainc toujours pas à 100%. Si je préfère maintenant le film au roman, j’aurais préféré que le dénouement se fasse encore plus inattendu qu’il ne l’est (je pense surtout à l’identité du/de la coupable). Heureusement, le roman possède un côté sombre qui est ici plutôt bien porté à l’écran. Si ce film ne fera certainement pas partie de mes inoubliables, j’ai tout de même passé un bon moment en le visionnant (et ce alors même que je connaissais déjà l’intrigue).

emily-blunt-2-jpg

Publicités