heart_51

couv63133446-gif

Éditions Taschen, 2010 (620 pages)

Ma note : 17/20

Quatrième de couverture …

Quatre siècles de mode.
Le Kyoto Costume Institute fondé en 1978 possède l’une des collections de vêtements les plus complètes au monde. Principalement intéressé par la mode féminine occidentale, il a amassé un nombre impressionnant de vêtements historiques, de sous-vêtements, de chaussures et d’accessoires de mode du XVIIe siècle à nos jours. Fashion History présente quatre siècles de mode féminine à travers une sélection de photographies tirées des archives du Kyoto Costume Institute. On y découvrira des trésors rares allant du corset en fer avec son cache-corset brodé jusqu’aux vêtements modernes de designers tels que Yves Saint-Laurent et Calvin Klein. Le Kyoto Costume Institute considère que le vêtement est le reflet de notre personnalité, de notre époque et de la société à laquelle on appartient.

Mon avis …

Si je ne me définis pas comme étant une « fashionista », je me suis en revanche toujours intéressée à l’histoire de la mode. C’est d’ailleurs peut-être aussi une des raisons qui fait que j’aime beaucoup l’Histoire… Les robes à paniers du XVIIIème siècle, le retour des robes à l’antique au tout début du XIXème siècle ou encore l’avènement de la crinoline : j’ai toujours trouvé les robes et costumes d’époque absolument sublimes. Alors oui, ils ne concernaient en majorité que l’aristocratie ou bien plus tard, la bourgeoisie qui avait réussi à faire fortune. Mais c’est en tout cas un sujet qui me passionne. Constitué de deux volumes, cet ouvrage nous ouvre les portes des collections du Kyoto Costume Institute. Il se concentre sur les vêtements, surtout féminins, portés en France et au Royaume-Uni (entre le XVIIIème et le XXème siècle). Ce « beau livre » est pour moi une petite pépite, que je compte garder bien précieusement dans ma bibliothèque. Les nombreuses photographies et illustrations présentes dans cet ouvrage offrent une réelle plus-value à l’ensemble.

Dès le premier tome, nous voici plongée dans le siècle de Louis XV. Les goûts de l’époque sont alors tournés vers le rococo, les motifs fleuris ou encore les robes à paniers (dites robes à la française). À l’aube de la Révolution française, comme pour marquer plus encore les différences entre les classes sociales, les robes des femmes atteignent des proportions démesurées. C’est aussi le cas des perruques : des coupes de fruits, des miniatures de frégates sont alors parfois intégrées aux coiffes ! Sous le Directoire, suite à la terrible période de la Terreur, l’excentricité est toujours de mise (costumes des Incroyables et Merveilleuses). Il faudra attendre le début du XIXème siècle, sous Napoléon, pour retrouver une mode féminine épurée, tournée vers la nature et l’Antiquité (le portrait de Madame Récamier donne une petite idée de la mode d’alors).

                             20161226_133240 660494800px17931778contrastwholeplatelowq madame-recamier-by-francois-gerard

Le XIXème siècle montre lui aussi de nombreuses transformations dans le monde de la mode. Jusque dans les années 1820, les tissus utilisés se font très légers : mousseline, percale ou encore gaze de coton légère donnent une impression de drapé (voir la mode anglaise, dite de la Régence, à l’époque de Jane Austen). Le décolleté n’est pas encore vraiment d’actualité, alors même que le corset est abandonné pour un temps très court au profit de la brassière. Vers 1840, les femmes portent des chapeaux (forme capote), une ombrelle, et se parent de bandeaux plats ou d’anglaises pour la coiffure. On ose alors le décolleté le soir, agrémenté de volants et de rubans. La simple superposition de jupons fait ensuite place à la crinoline (jupon structuré par des cerceaux métalliques) dans les années 1850. Robe de jour, robe du soir… il était alors de bon ton de se changer au moins six ou sept fois par jour ! La fin du Second Empire voit apparaître les premières robes dites à tournure. Vêtement de dessous, la tournure est alors considérée comme une évolution de la crinoline. Enfin, sous la Belle Époque, apparaît un goût sûr pour les courbes, les lignes souples (esprit Art Nouveau) associées à de la dentelle.

                                                      20161226_133708 tissot 20161226_133856

Le second tome se consacre quant à lui exclusivement au XXème siècle. De Coco Chanel à Jean-Paul Gautier, en passant par Yves Saint-Laurent et Pierre Cardin, le monde de la mode n’a pas fini de bouger. Celui-ci se démocratise peu à peu : il cherche à toucher toutes les classes sociales. Nous retenons aussi quelques pièces phares des grands créateurs de ce siècle : Coco Chanel et le tailleur noir ou encore Paco Rabanne et sa robe en métal. Je ne sais pas vous mais j’apprécie tout particulièrement la mode des sixties, avec son mouvement baby doll, son graphisme linéaire, ou encore l’engouement pour le mini.

                                                                   20161226_134205 20161226_134343

En bref, cet ouvrage est pour moi une véritable pépite (et mon dernier coup de cœur pour cette année 2016). Je ne peux que vous conseiller de vous y plonger si vous aimez tout particulièrement l’univers de la mode ou les costumes historiques. Je vous avoue apprécier tout particulièrement les robes à tournure, les tenues scintillantes et festives des années 20 et bien sûr la mode des sixties.

20161226_134530

Publicités