heart_4

Enquete-Randonnee-mortelle

Éditions Albin Michel, 2016 (243 pages)

Ma note : 16/20

Quatrième de couverture …

Après un séjour de six mois à Londres, Agatha retrouve enfin ses chères Cotswolds – et le non moins cher James Lacey. Même si le retour au bercail de son entreprenante voisine ne donne pas l’impression d’enthousiasmer particulièrement le célibataire le plus convoité de Carsely.
Heureusement, Agatha est très vite happée par son sport favori : la résolution d’affaires criminelles. Comme le meurtre d’une certaine Jessica, qui militait pour le droit de passage de son club de randonneurs dans les propriétés privées des environs.
Les pistes ne manquent pas : plusieurs membres du club et quelques propriétaires terriens avaient peut-être de bonnes raisons de souhaiter sa disparition. Mais la piste d’un tueur se perd aussi facilement que la tête ou la vie !

La première phrase

« Dans la City, à Londres, Agatha Raisin contemplait le reflet du soleil sur le mur de son bureau. »

Mon avis …

Randonnée mortelle constitue le quatrième volet des aventures de la ô combien truculente Agatha Raisin. Si le troisième tome, Pas de pot pour la jardinière, m’avait quelque peu laissée sur ma faim, je suis ravie de vous dire que ce nouvel épisode se montre (pour moi) à la hauteur des premières enquêtes d’Agatha. J’avais en effet beaucoup apprécié La quiche fatale ainsi que Remède de cheval.

De retour pour un temps dans son agence de relations publiques, Agatha Raisin doit se faire une raison : Londres ne parvient qu’à faire ressortir les mauvais côtés de son caractère, tandis que son cottage, niché dans les Costwolds, lui manque terriblement. Notre énergique quinqua retrouve alors rapidement Carsely, ses chats, mais aussi le séduisant James Lacey. Alors que ce dernier a rejoint le club des marcheurs du village, Agatha se questionne : ne serait-il pas temps qu’elle se remette au sport ?

Dans un autre groupe de randonneurs, un évènement ne manque pas de faire frissonner les adhérents. La provocante Jessica, bien connue pour être une forte tête, a été retrouvée assassinée sur un chemin de randonneurs. La jeune femme a lâchement reçu un coup de pelle mortel, et ce sans même avoir eu le temps d’apercevoir son agresseur. Les suspects ne manquent pas, tant la victime était finalement peu appréciée de son entourage élargi. Qui aurait pu faire le coup… Jeffrey, son petit-ami, avec qui elle venait de se disputer ? Deborah, une amie proche, qui semblait surtout vivre dans l’ombre de la victime ? Ou encore sir Charles, qui n’appréciait que moyennement l’idée d’apercevoir les marcheurs des environs sur ses terres ? Il semblerait que chacun veille à cacher ses petits secrets.

Pour moi, Randonnée mortelle dispose de nombreux points forts. L’intrigue policière ne passe cette fois-ci pas au second plan, et c’est tant mieux. J’ai également trouvé que M. C. Beaton avait apporté un grand soin pour creuser le portrait psychologique de certains de ses personnages. Quant au final, glaçant à souhait, il me restera en mémoire.

Outre l’aspect humoristique des écrits mettant en scène Agatha, j’ai ici adoré voir évoluer le tandem James Lacey-Agatha Raisin. Pour le plus grand bonheur de notre héroïne, ceux-ci se feront tous deux passer pour un couple marié, afin de mieux infiltrer le groupe de randonneurs. Ceci donnera lieu à quelques situations cocasses à souhait !

En bref, j’ai à nouveau eu le plaisir de retrouver une lecture distrayante et réconfortante. J’ai hâte de savoir ce que les prochains tomes réservent à notre duo d’enquêteurs en herbe.

Extraits …

« Bill Wong pensait : Tiens donc, Agatha revient de Londres, s’inscrit dans un club de randonnée, et comme par hasard une randonneuse est assassinée… »

« Il y a des êtres ainsi faits, qui se fichent en fait pas mal de l’environnement, des baleines ou de quoi que ce soit, mais se servent de la défense de ces causes pour accaparer le pouvoir. »

Publicités