heart_4

th

Éditions Albin Michel, 2017 (284 pages)

Ma note : 16/20

Quatrième de couverture …

Incroyable mais vrai : James Lacey, le célibataire le plus convoité des Costwolds, a cédé au charme de sa voisine, la pétillante quinqua Agatha Raisin ! Hélas, le conte de fées est de courte durée : au moment où les tourtereaux s’apprêtent à dire « oui », Jimmy, l’ex-mari d’Agatha, surgit en pleine cérémonie… Furieux de découvrir que sa future femme est déjà unie à un autre, James, abandonne Agatha, désespérée, au pied de l’autel.
Le lendemain, Jimmy est retrouvé mort au fond d’un fossé. Suspect n°1, le couple Agatha-James se reforme le temps d’une enquête pour laver leur réputation et faire la lumière sur cette affaire.

La première phrase

« Le mariage d’Agatha Raisin et de James Lacey devait avoir lieu dans une semaine. »

Mon avis …

Grande nouvelle pour les habitants de Carsely : notre pétillante quinqua s’apprête (enfin !) à épouser le colonel Lacey. Mais même si le village est en effervescence, un scandale s’apprête à éclore. Roy est en effet bien déterminé à se venger de son ex-patronne. Lorsqu’une détective privée (engagée par ses soins) retrouve la trace du mari d’Agatha, Jimmy Raisin, le pire est à venir. Au moment où les fiancés s’apprêtent à se dire oui pour la vie, un policeman déboule dans la mairie et stoppe la cérémonie. Agatha est déjà mariée, le mariage ne peut donc avoir lieu. James Lacey plante sa promise devant l’autel, et notre héroïne so british n’a plus qu’une envie : étrangler son premier mari, alcoolique et sans domicile fixe. Le lendemain, Jimmy Raisin est retrouvé mort dans un fossé… Le duo Agatha-James Lacey va devoir reprendre du service pour prouver son innocence dans cette affaire.

Quel plaisir de retrouver cette chère Agatha ! Si j’avais adoré la suivre dans l’enquête précédente, Randonnée mortelle, je trouve cet opus tout aussi savoureux. Agatha Raisin n’est pourtant pas au mieux de sa forme. Elle se questionne beaucoup sur le couple qu’elle forme avec James, et le retour inattendu de Jimmy Raisin (qu’elle croyait mort) ne peut que ranimer les fantômes du passé. Après avoir vendu son cottage en prévision d’une vie commune avec son fiancé, elle se retrouve à devoir cohabiter avec ce dernier alors même qu’il l’aura plantée devant l’autel. Heureusement, Mrs Bloxby et Bill Wong sont toujours fidèles au poste pour soutenir notre énergique quinqua, et ce d’autant plus que notre héroïne ne manque pas de caractère.

Si ce tome se fait plus grave que les précédents, j’ai grandement apprécié retrouver l’atmosphère de campagne anglaise qui se dégage de cette saga. L’humour so british est à nouveau au rendez-vous, et le lecteur se trouve embarqué dans de nombreuses scènes cocasses. J’ai également trouvé les personnages plus touchants que d’habitude. Que ce soit Agatha qui doute des sentiments de James et se pose mille questions, ou encore Bill Wong affublé d’une fiancée plus carriériste que réellement intéressée par une histoire d’amour. Agatha se livre également sur ses origines, et sur son passé avec Jimmy Raisin (un homme violent et alcoolique). Il me tarde maintenant de découvrir ce que M. C. Beaton a prévu pour ses personnages principaux. Une déclaration d’amour enflammée ? Une nouvelle rencontre suite à la fuite du colonel Lacey ? Dès les dernières lignes, nous savons déjà qu’Agatha a pris une décision. Cap sur Chypre pour retrouver James ! Si j’ai été un brin déçue de la réaction de ce dernier (qui ne soutient nullement notre héroïne malgré tout ce qu’elle a pu vivre), j’ai compris son ressenti de trahison. Affaire à suivre donc…

Côté enquête policière, celle-ci se montre plutôt prenante. Un centre de remise en forme. De l’argent, et du chantage. Un couple infernal. Notre duo a du pain sur la planche pour démêler le vrai du faux. D’autant que le/la coupable ne compte pas se laisser faire. Un incendie dans le cottage de James, ou encore une rencontre avec un individu masqué, offriront quelques sueurs froides pour notre Agatha.

Pour le meilleur et pour le pire se montre à la hauteur des volumes précédents (même si j’avais moins apprécié Pas de pot pour la jardinière). Embarquement immédiat pour Chypre avec le tome 6, roman que j’ai hâte de découvrir. À noter que les tomes 9 et 10 (Sale temps pour les sorcières ainsi que Panique au manoir) sortent ce mois-ci en librairie.

Extraits …

« Elle essaya une fois de plus son tailleur de mariée et scruta son visage dans le miroir. Ses yeux d’ourse étaient trop petits, mais ils pouvaient être agrandis le jour J grâce à une application judicieuse de mascara et d’ombre à paupières. Il y avait aussi ces vilaines petites rides autour de sa bouche, et quand elle s’avisa avec horreur qu’un long poil poussait sur sa lèvre supérieure, elle saisit la pince à épiler et l’arracha. Après avoir ôté le précieux tailleur, elle passa une blouse et un pantalon et se tartina vigoureusement le visage de crème antirides. »

« Carsely était silencieux sous la lumière grise d’une aube détrempée. La pluie avait cessé et l’air était froid. Le village s’étirait le long d’une grand-rue d’où partaient de petites ruelles sinueuses, comme Lilac Lane, où habitait Agatha. En l’absence de toute circulation, Carsely devait avoir à peu près le même aspect qu’un siècle plus tôt, avec ses cottages au toit de chaume nichés à l’ombre de la tour carrée de l’église romane. »

Publicités