heart_51

9782841004867

Éditions Bartillat, 2011 (165 pages)

Ma note : 17/20

Quatrième de couverture …

Elizabeth et son jardin allemand raconte la passion d’une femme pour son jardin. En un an, l’héroïne s’efforce de créer un environnement unique qui lui sert de refuge, où elle donne libre cours à sa conception du jardin, monde clos et idéal. Là s’expriment la liberté et l’amour qui lui sont refusés par ailleurs. Épouse anglaise d’un comte prussien, mère de trois petites filles, Elizabeth aspire à une vie plus riche en émotions. Écrit sous la forme d’un journal intime, ce roman restitue le rythme des saisons : l’épanouissement de ce jardin « à soi » se mêle à la vie intime et sociale d’Elizabeth qui affronte son existence avec une pointe d’humour provocateur. Philosophe, la jeune femme se confie et dévoile ainsi ses plus profondes aspirations. Aujourd’hui encore, l’expérience d’Elizabeth von Arnim peut nourrir l’inspiration de tous les amoureux de jardins.
Paru anonymement à Londres en 1898, ce récit autobiographique, plein d’esprit et de poésie, grand succès lors de sa publication, fut redécouvert dans les années 1980 avec l’ensemble de l’œuvre d’Elizabeth von Arnim.

La première phrase

« 7 mai.
Que j’aime ce jardin où j’écris ces lignes par une belle fin d’après-midi. »

Mon avis …

J’ai eu l’occasion de découvrir la plume de la romancière Elizabeth von Arnim, cousine de Katherine Mansfield, à l’été 2016. J’avais alors plutôt apprécié l’atmosphère sombre et glaciale de Vera (roman publié en 1921). Dans un tout autre registre, Elizabeth et son jardin allemand (qui possède une large part autobiographique) me faisait de l’œil depuis un bon moment déjà. Je suis ravie d’avoir enfin pu découvrir ce roman, rédigé sous la forme d’un journal intime. Celui-ci nous plonge en effet dans le quotidien d’Elizabeth von Arnim, et ouvre plus largement une fenêtre sur ce que devait être le vécu d’une femme évoluant dans le monde de l’aristocratie, à l’aube du XXe siècle. Passionnant ! J’ai déniché ce roman en occasion (car je souhaitais absolument le retrouver avec cette couverture que je trouve sublime), et cette lecture constitue un nouveau coup de cœur pour cette année 2018.

Dès les premières pages, Elizabeth von Arnim nous chante son amour pour son jardin. Mariée à un comte prussien, il faut savoir que la romancière quittera rapidement Londres pour s’installer en Poméranie, dans le vaste domaine de Nassenheiden. Créer un jardin (et le faire à sa manière), associer les couleurs, gérer les commandes, lui permettra sans doute de s’offrir un refuge bien loin des codes de l’aristocratie de l’époque. Car Elizabeth exècre les règles de bienséance et les mondanités. Solitaire dans l’âme, elle ne se sent bien qu’au milieu des fleurs ou en pleine nature, et vagabondant dans ses pensées. Grâce à ce roman, j’ai beaucoup appris sur la personnalité d’Elizabeth von Arnim mais aussi sur la condition féminine de l’époque… J’ai adoré ce voyage, et même si ce récit autobiographique a été écrit entre mai 1896 et avril 1897 je lui trouve une certaine modernité. Grâce à la construction de son jardin (à une époque où les jardiniers étaient exclusivement des hommes), Elizabeth se libère. Mais écrire reste aussi un moyen de se faire entendre. Elizabeth von Arnim pourra ainsi rédiger que si elle avait la possibilité de manier elle-même la bêche, comme le font les jardiniers (et donc les hommes), elle se sentirait alors pleinement heureuse, comme au paradis. Aussi, si son mari lui interdit formellement de signer ses écrits de son nom, notre romancière anglaise (née en Australie) exprime pour autant ses idées, parfois avec un certain humour.

J’ai donc adoré rencontrer cette femme éprise de liberté, et amoureuse de la nature. Ce roman foisonne de références à des plantes, à des variétés de fleurs, mais pas que… C’est justement ce qui fait tout son intérêt. J’ai beaucoup aimé découvrir ce qu’il en était de la vie familiale d’Elizabeth von Arnim. Le portrait qu’elle brosse de son mari (surnommé L’homme de colère) est pour le moins pétrifiant. Même dans le monde de l’aristocratie, la vie maritale ne semblait donc pas être de tout repos. Si elle aimait son mari, notre romancière le craignait aussi beaucoup. Via ce roman, le lecteur fait également la connaissance des trois petites filles de l’auteure : les bébés d’avril, de mai et de juin. J’ai également apprécié cet aspect du livre, puisqu’il nous fournit quelques indices sur la manière dont on pouvait élever les enfants à la fin du XIXe siècle. Nul doute que je retrouverai l’auteure avec plaisir d’ici quelques temps. Peut-être avec L’été solitaire (1899) ou Avril enchanté (1922) ?

Extraits …

« Toute au bonheur de posséder mon propre jardin, et très impatiente de voir fleurir les lieux les plus désolés, il m’est arrivé un beau dimanche d’avril dernier, durant le repas des domestiques, de me glisser hors de la maison armée d’une pelle et d’un râteau et de bêcher fiévreusement un petit carré de terre afin d’y planter quelques volubilis avant de revenir en toute hâte, rouge et confuse, m’effondrer sur une chaise et me cacher derrière un livre pour préserver ma réputation d’honnête femme. »

« J’ai une passion pour les tulipes, plus que pour aucune autre fleur de printemps ; gaies, robustes, gracieuses, elles semblent de jeunes filles sortant du bain à côté des jacinthes, ces femmes aux formes opulentes dont chaque mouvement sature l’air de patchouli. »

Publicités