Picnic at Hanging Rock (mini-série)

Picnic-at-Hanging-Rock_01a

Australie. Hiver 1900. Alors qu’un pique-nique est organisé à l’occasion de la Saint-Valentin, trois jeunes filles du pensionnat dirigé par Mrs Appleyard disparaissent subitement le jour-même. Enlèvement, fugue, chute dans les rochers, intervention de forces surnaturelles : le mystère reste entier, d’autant plus que l’une des gouvernantes manque également à l’appel. Huis clos, ressenti d’étouffement, cette mini-série (qui nous propose six épisodes d’une durée de cinquante minutes) ne manque pas d’étrangeté. Je me suis laissée embarquer le temps de quelques épisodes, et j’ai apprécié ce voyage, même si je vous avoue être restée sur ma faim pour ce qui est du final.

Generic 23-picnic-at-hanging-rock.w1200.h630

Picnic at Hanging Rock est une série intéressante, qui ne manque pas de mettre au travail nos petites cellules grises. Portée par l’interprétation de Natalie Dormer, le personnage de Mrs Appleyard, entre sévérité et fragilité, intrigue. J’ai beaucoup aimé me questionner sur son passé, ses secrets, sa possible implication dans la disparition de certaines de ses élèves. Les décors et costumes sont quant à eux extrêmement soignés, détail que j’ai grandement apprécié. Cette série évoque également de nombreuses thématiques comme l’adolescence (recherche d’indépendance, recherche d’amitiés fusionnelles), ou encore la place des femmes dans la société de la toute fin du XIXe siècle / début du XXe. Plutôt intéressant, donc.

Du côté des personnages, la production a pris le parti de ne pas rester en surface, et de marquer les différences entre nos jeunes héroïnes. Alors qu’elle est issue de la haute société, Irma tente de coller aux attentes du pensionnat tandis que Miranda, plus espiègle, se montre bien plus éprise de liberté. Marion, quant à elle, peine à trouver sa place dans le monde tant elle se sent différente et incomprise. Une forte amitié (mais la réalisation souhaite surtout brouiller les frontières et les repères entre amitié, amour et désir charnel) semble s’instaurer entre ces trois élèves du collège de Mrs Appleyard.

5182379.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx e04eb0d725021232978e5a9ece9a51f5 taglioAlta_0015

Ont-elles fait un pacte pour s’enfuir, se sont-elles perdues dans le bush australien, ou leur disparition symbolise-t-elle leur soif de liberté pour aller vers un autre monde plus enclin à accepter leurs rêves et aspirations ? Au spectateur de se faire sa propre interprétation. Et c’est justement ce que j’ai trouvé ô combien frustrant… J’aurais souhaité avoir de vraies explications à la fin de la série. Tout est interprétable, tout est suggéré, ce qui fait que si j’ai apprécié mon voyage dans les années 1900 mais surtout dans la dimension quasi mystique qui nous est ici proposée, j’aurais souhaité avoir au moins quelques éléments concrets à me mettre sous la dent. Heureusement, le fait que la série se centre tout autant sur le passé trouble de Mrs Appleyard ou encore sur le vécu d’autres personnages au sein du pensionnat (je pense à Melle de Poitiers ou encore à Sara) fait que je me suis un peu moins formalisée sur le dénouement de la série.

Vous l’aurez compris, je n’ai pas été totalement convaincue par cette mini-série qui a été diffusée il y a peu sur Canal+. Si le tout se montre on ne peut plus addictif, et si l’atmosphère se montre étonnante à souhait par ses mystères et son côté surnaturel, j’ai été déçue par le dénouement qui nous est ici proposé. Reste que j’ai maintenant très envie de lire le roman d’origine (écrit par Joan Lindsay) pour peut-être tenter de mieux comprendre certains détails.

Picnic at Hanging Rock Main

9 commentaires sur “Picnic at Hanging Rock (mini-série)

Ajouter un commentaire

  1. Malheureusement si tu cherches des explications dans le roman il ne t’en donnera pas du tout. Je l’ai adoré pourtant pour son aura mystique mais, j’ai été énormément frustrée par le manque d’informations concrètes de la fin. Il n’y a pas d’explications au final.

    Aimé par 1 personne

    1. Je risque dans ce cas d’être déçue moi aussi. Je verrai déjà si je préfère le roman d’origine à la série (qui possède quelques qualités, mais que j’ai trouvée ô combien frustrante effectivement). 😉

      J'aime

    1. Mince… J’ai quand même acheté le roman car je déteste voir une série sans lire le livre d’origine. Ce sera donc la surprise, même si je garde en tête ton avis. J’espère que le côté mystique et mystérieux rattrapera le tout ! Autrement je te comprends pour la série. Elle reste assez spéciale… Tu as bien fait de ne pas te forcer si tu n’as pas accroché plus que ça.

      J'aime

    1. Disons qu’elle se regarde très facilement, j’avais hâte de poursuivre le fil des épisodes. Malheureusement à la fin j’étais tentée de me dire « tout ça pour ça… ». Espérons que j’aurai plus de chance avec le roman (que tu dis avoir apprécié). 😉

      Aimé par 1 personne

Répondre à fannydumanoirauxlivres Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :