Parade’s end (BBC, 2012)

p9408233_i_h9_ab

Il y a peu, j’ai eu l’occasion de clôturer une nouvelle mini-série : Parade’s end (Finies les parades au Québec). Celle-ci a été diffusée en 2012 sur BBC Two. Adaptée d’un roman de Ford Madox Fox (plus précisément de plusieurs écrits rédigés dans les années 20), cette série relate le quotidien de Christopher Tietjens, un brillant statisticien issu d’une riche famille, avant, pendant, et après la Grande Guerre.

Comme j’aime les séries historiques adaptées par la BBC ! Après Guerre et Paix, ou encore Jane Eyre, il me tardait de poursuivre l’aventure. Parade’s end fait partie d’un coffret spécial BBC (reçu en cadeau). Je dois dire que je ne connaissais rien du roman initial, et que Ford Madox Fox demeurait pour moi inconnu jusqu’alors. J’étais donc ravie, grâce à cette adaptation, de découvrir l’univers d’un nouvel auteur.

Angleterre 1910. À l’aube de la Grande Guerre, Christopher Tietjens (Benedict Cumberbatch), qui vit dans la nostalgie des valeurs traditionnelles, s’apprête à épouser Sylvia Satterthwaite (Rebecca Hall). Or Sylvia n’a rien de l’épouse idéale : mondaine, volage, elle est de plus catholique et… enceinte. L’enfant qu’elle porte n’est malheureusement pas le sien, mais pour éviter le scandale Christopher consent à se laisser passer la bague au doigt. Dans un monde où tout se sait, où les rumeurs vont bon train, Christopher Tietjens ne dispose que d’une seule arme : “parader”, autrement dit faire semblant, afin de sauver les apparences. Tout se complique lorsque notre héros fait la connaissance d’une jeune suffragette, Valentine Wannop (Adelaide Clemens). Qu’adviendra-t-il de ce triangle amoureux après l’expérience et le traumatisme de la guerre ?

 Christopher-Sylvia Christopher-Sylvia-Valentine1 parade-s-end

Le personnage de Christopher est difficile à cerner, et pourtant il est tout sauf antipathique. Sous des apparences très froides et distantes, c’est en vérité un homme émotif et sensible qui se construit un masque pour coller à ce qu’on attend d’un homme à l’époque, mais sans doute aussi parce que Christopher ne se reconnaît plus lui-même dans cette société à laquelle il appartient. Il se trouve confronté au décalage entre ses valeurs profondes et les changements de son temps. J’ai beaucoup aimé que ce sujet soit traité, et j’ai forcément pensé à Downton Abbey (même si Parade’s end reste de beaucoup en dessous de ma série préférée). Du côté des personnages féminins, j’ai adoré détester Sylvia Satterthwaite. Si j’ai eu beaucoup de mal à m’identifier à son personnage, j’ai fini par comprendre sa souffrance dans son mariage malheureux. Sylvia rêve de passion, et de regarder vers l’avenir (s’étourdissant ici dans les aventures et les mondanités), alors que Christopher tourne son regard vers le passé. Mais les frasques de Sylvia Satterthwaite n’ont finalement qu’un seul but : que son mari sorte de sa réserve, et s’intéresse enfin à elle. Peut-on alors totalement lui en vouloir ? Si je ne cautionne pas ses actes, j’ai pu comprendre combien son personnage pouvait souffrir.

La place de la guerre dans cette série est quant à elle plutôt bien amenée. Si elle est forcément liée à l’intrigue sentimentale (la survie ou non de Christopher annonce l’issue du triangle amoureux), elle n’est pas reléguée au second plan. Au-delà des blessures physiques, j’ai apprécié que cette série nous montre également les ravages psychologiques auxquels nos personnages sont confrontés.

ParadesEnd1 téléchargement

Cette mini-série souffre cependant, à mon goût, de quelques défauts. En premier lieu : le rythme. Les épisodes avancent en effet plutôt lentement, et il faut parfois s’accrocher. Autre point… si le charisme de Rebecca Hall crève l’écran, j’ai trouvé Benedict Cumberbatch, mais surtout Adelaide Clemens plus en retrait. Le personnage de Valentine est pour autant intéressant (son militantisme pour le droit des femmes en est un exemple).

En bref, Parade’s end n’a malheureusement pas le rythme ni le souffle de Downton Abbey. Reste que j’ai apprécié suivre l’évolution du triangle amoureux, tout comme j’ai aimé la manière dont la thématique de la guerre est traitée. Certains plans de la campagne anglaise sont quant à eux lumineux, en totale contradiction avec le ressenti de tension et d’incertitudes (en lien avec la Grande Guerre) plutôt bien rendu dans cette mini-série.

Christopher-Son

9 commentaires sur “Parade’s end (BBC, 2012)

Ajouter un commentaire

Répondre à Zélie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :