Agatha Raisin enquête, tome 11 : L’enfer de l’amour • M. C. Beaton

heart_42

64535205_2236755769921683_1436650316945686528_n

Éditions Albin Michel, 2018 (355 pages)

Ma note : 15/20

Quatrième de couverture …

Qui a dit que l’amour c’était le paradis ? Plutôt l’enfer, même pavé de bonnes intentions ! À peine mariés, Agatha et James Lacey font cottage à part et s’accusent mutuellement d’infidélités. Jusqu’à ce que James disparaisse pour de bon, laissant derrière lui sa maison saccagée… Les soupçons se portent aussitôt sur l’épouse du disparu : Agatha. Décidée à se défendre et à remettre la main sur son mari, notre détective part à sa recherche, à ses risques et périls…

La première phrase

« Le mariage idéal – comme un rêve devenu réalité. Agatha Raisin avait enfin convolé avec l’objet de tous ses fantasmes, son voisin James Lacey, et pourtant le bonheur n’était pas au rendez-vous. »

Mon avis …

Vous commencez sans doute à me connaître : de temps à autre, j’aime me plonger dans une enquête so british. Si l’on cherche en plus une lecture détente, la série Agatha Raisin est plutôt sympathique. Ambiance campagne anglaise garantie ! Si je trouvais que le duo Agatha Raisin – James Lacey commençait quelque peu à tourner en rond et à me lasser, ce onzième tome apporte un vent de renouveau et c’est tant mieux. C’est donc agréablement surprise que j’ai refermé ce roman, avec la ferme intention de poursuivre la saga.

Comme ce titre est bien trouvé ! Fraîchement mariés, James et Agatha ont bien du mal à s’accorder… à tel point que les disputes vont bon train, même en faisant cottage à part. Lorsque James disparaît dans la nature, tous les regards se posent sur notre héroïne, et les commérages fleurissent. Pourquoi James ne donne-t-il pas de nouvelles ? Pourquoi a-t-il été agressé peu avant sa disparition ? Est-il vivant ou mort ? Lorsqu’un cadavre est découvert, Agatha fait le lien entre les deux affaires, au risque de se retrouver face à de nouveaux dangers.

L’enquête est ici un brin différente de celles proposées habituellement, puisqu’elle touche une personne de l’entourage direct d’Agatha : James, objet de tous les fantasmes, mais aussi de tous les déboires amoureux de notre détective quinquagénaire. Si j’ai grandement apprécié ce côté un peu nouveau, le mystère lié à la disparition aurait pu être à mon sens beaucoup mieux exploité. Le lecteur est en effet mis dans la confidence dès le départ, ce qui est dommage puisque ceci aurait pu amener encore plus d’interrogations. Heureusement, le meurtre d’une jeune habitante apporte un nouvel éclairage sur le personnage de James (qui reste bien moins insensible qu’il ne le semble de prime abord). Je me suis laissée surprendre par le final de ce roman, et je suis curieuse de découvrir comment M. C. Beaton a envisagé la suite.

En résumé, L’enfer de l’amour reste un opus agréable à lire puisqu’il redynamise un peu la série. Si le personnage de Charles m’agace toujours autant, je dois reconnaître que le binôme qu’il forme avec Agatha (lorsqu’il s’agit d’enquêter) fonctionne. Ceci donne lieu à quelques dialogues savoureux.

Extraits …

« Ils redescendirent dans la rue à la suite de la filiforme Josie, qu’Agatha apostropha en ces termes :
– A mon avis vous devriez manger un peu plus.
– Et mamie devrait se mettre au régime , répliqua effrontément l’intéressée en rejetant en arrière ses cheveux filasse, détaillant la silhouette enveloppée d’Agatha. »

4 commentaires sur “Agatha Raisin enquête, tome 11 : L’enfer de l’amour • M. C. Beaton

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :