Jamais deux sans trois • M. C. Beaton

heart_32

241636194_2870631196534134_4174109086690197707_n

Éditions Albin Michel, 2019 (303 pages)

Ma note : 14/20

Quatrième de couverture …

Lasse de courir après des chats et des chiens égarés, Agatha accepte la sollicitation d’un certain Robert Smedley : cet homme fortuné est persuadé que son épouse le trompe. Rien de plus tentant pour notre extravagante Agatha que de coincer la jeune, jolie et très dévote Mrs Smedley, un peu trop parfaite pour être honnête. Mais c’était compter sans une autre affaire de disparition qui lui tombe sur le coin du nez. Jamais deux sans trois ? 

La première phrase

« Dans le village de Carsely au cœur des Costwolds, tout le monde s’accordait sur un point : de mémoire d’homme, jamais on n’avait eu pareil printemps. »

Mon avis …

Lu l’année dernière, Bal fatal avait réussi à relancer mon intérêt face à une série qui commençait sérieusement à s’essouffler. Jamais deux sans trois est déjà le seizième opus mettant en scène notre détective Agatha, qui n’a toujours pas la langue dans sa poche. J’ai à nouveau passé un bon moment dans les Costwolds. De nouveaux personnages gravitent autour de notre héroïne en intégrant l’agence de détectives. C’est un vrai point fort. L’intrigue policière en elle-même n’est par contre pas inoubliable.

Agatha Raisin se retrouve ici sollicitée pour défendre les intérêts d’un mari trompé. Or l’épouse en question se montre plus que respectable, parfaite jusqu’au bout des ongles. En parallèle, une nouvelle affaire fait la une des journaux : une jeune fille aurait disparu à la suite d’une soirée en discothèque. La police est sur le coup, mais aucune trace de la disparue… Du moins jusqu’à ce que notre Agatha s’en mêle !

Mrs Bloxby et sa bienveillance naturelle. Bill Wong et ses parents imbuvables. Sir Charles, le coureur de jupons. C’est toujours avec un réel plaisir que je me lance dans un nouveau tome d’Agatha Raisin car je sais que je vais forcément retrouver certains personnages emblématiques. J’apprécie toujours autant cette atmosphère paisible (mais pas tant que ça si l’on se fie aux nombreux meurtres qui se succèdent) qui décrit le quotidien d’un petit village en pleine campagne anglaise. La recette fonctionne toujours, et je ne m’en lasse pas.

Côté intrigue, les tomes de la série sont inégaux. Parfois, je me régale. D’autres fois, cela passe carrément au second plan et l’on s’ennuie un peu. C’est le cas pour cette nouvelle enquête (je devrais même dire ces nouvelles enquêtes). Le fil rouge est un peu grossier : comme par hasard, le lecteur découvre que les deux affaires initiales ont un lien entre elles. Face à tout un micmac, on finit ensuite par s’emmêler quelque peu les pinceaux. Je n’ai donc pas franchement été emballée par le déroulé de ces deux affaires.

Pour autant, je me répète mais cette série propose avant tout des romans d’atmosphère. Alors je ne lui en veux pas tant que ça. L’ambiance reste toujours réconfortante à souhait, et c’est aussi ce que je viens chercher en me plongeant dans un tome de la série. Sans compter que M. C. Beaton nous a ici concocté un final pour le moins étonnant : j’ai hâte de découvrir la réaction d’Agatha, mais surtout les évènements qui en découleront. Alors vite, la suite !

Extraits …

« Quel étrange sentiment que l’amour ! Il transforme les gens de tant de manières. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :