Scarlett • François-Guillaume Lorrain

heart_42

297886792_470801645054243_7969667675612701159_n

Éditions Flammarion, 2022 (333 pages)

Ma note : 15/20

Quatrième de couverture …

Publier le roman-fleuve de Margaret Mitchell était déjà une gageure, mais faire d’Autant en emporte le vent un film était pure folie. Des centaines de décors, de costumes et d’acteurs pour un film d’une longueur invraisemblable : un défi qui aurait pu ruiner David O. Selznick, son producteur mégalomane, bien décidé à réussir « le plus grand film de tous les temps ». Par-delà les tractations cocasses, les difficultés d’adaptation et les imprévus en tous genres, une question centrale s’invite au cœur des débats qui agitaient les États-Unis : qui pour incarner Scarlett ? Trois années à voir défiler un bal d’actrices parmi les plus célèbres comme des milliers d’inconnues qui participent à ce casting homérique. Trois années où, à l’ombre des paillettes, Hattie McDaniel doit faire accepter à la communauté noire qu’elle préfère jouer le rôle d’une domestique plutôt que d’en être une. 

Dans ce roman trépidant, François-Guillaume Lorrain fait revivre les affres, les plaisirs et les jours des protagonistes de cette aventure qui marqua l’âge d’or d’Hollywood : le moralement douteux David O. Selznick, la très obstinée Vivien Leigh, le flegmatique Clark Gable, et Hattie McDaniel, la première interprète noire oscarisée pour le rôle qu’on lui reprochait pourtant d’endosser.

La première phrase

« Le 6 avril 1917, l’entrée en guerre des États-Unis fut votée à Washington. »

Mon avis …

Taratata” ou encore “Franchement, ma chère, c’est le cadet de mes soucis”. Dans son dernier roman, François-Guillaume Lorrain fait revivre les coulisses d’un film qui aura marqué l’âge d’or d’Hollywood : Gone with the wind (1939).

Autant en emporte le vent (1936) fait partie de mes livres de chevet préférés. Je me rappelle avoir dévoré cette intrigue amoureuse sur fond de guerre de Sécession. Scarlett O’Hara est une héroïne inoubliable, vaniteuse au possible mais qui, tout en faisant tourner les têtes, se révèle aussi pleine de force et de courage. Et puis il y a Rhett Butler, Ashley, Melanie, le domaine de Tara… Tant de personnages et de lieux que j’ai maintenant hâte de retrouver puisque j’ai d’ores et déjà prévu de relire ce roman signé Margaret Mitchell.

J’ai découvert le film de David O. Selznick un peu par hasard. J’étais alors adolescente. J’admirais plus que tout les robes à crinoline portées par Vivien Leigh, et je pense que comme beaucoup de jeunes filles j’aurais adoré ressembler à Scarlett O’Hara pour son caractère bien trempé et son côté passionné.

Le roman de François-Guillaume Lorrain s’attache à nous décrire tout le processus de création autour de ce film. De la course pour obtenir les droits au montage du scénario, en passant par le choix des acteurs. Tout y est ! L’auteur nous livre même sur un plateau quelques anecdotes de tournage, mais également (dans les grandes lignes) ce que chacun a pu vivre côté privé. On y apprend par exemple que Clark Gable était finalement peu enthousiaste à l’idée d’endosser le costume de Rhett Butler. Cette légende du cinéma n’aurait accepté que pour le chèque, afin de divorcer au plus vite pour pouvoir ensuite épouser son amour du moment, Carole Lombard.

Loin de la gloire et des paillettes, François-Guillaume Lorrain évoque le côté plus sombre de ce Hollywood des années 30. Drogue. Agressions sexuelles pendant les tournages. Alcool. Ségrégation. Coups bas et trahisons. Je ne m’attendais pas à découvrir autant de détails sordides, mais je suis ravie d’avoir pu en apprendre beaucoup plus sur cette période du cinéma et sur le monde des acteurs hollywoodiens.

Ce roman nous donne aussi l’occasion de rencontrer, le temps de quelques pages, Bette Davis, Laurence Olivier, Joan Fontaine ou encore Charlie Chaplin et son épouse. Mais j’ai surtout aimé en apprendre davantage sur les acteurs d’Autant en emporte le vent. J’ai ainsi appris que Vivien Leigh souffrait de bipolarité, ou encore que Clark Gable appréciait peu les mondanités et le star-system. Hattie McDaniel, première actrice noire à obtenir un Oscar, n’est pas non plus oubliée. Le lecteur découvre ses débuts sur scène, mais aussi le racisme qu’elle a subi, et ce même après avoir accédé à la notoriété avec son rôle de Mamma.

François-Guillaume Lorrain s’attarde également sur la recherche de l’actrice idéale afin d’incarner Scarlett O’Hara à l’écran. Il faut dire que la veille du tournage, Selznick n’avait encore aucun nom en tête. Et ce, malgré l’ouverture d’une grande audition nationale (une première !). Vivien Leigh sera recrutée in extremis, même si l’actrice était loin de remporter tous les suffrages dans le cœur des Américains du fait de sa nationalité anglaise.

Vous l’aurez compris, j’ai passé un bon moment en compagnie de cette lecture. La plume de François-Guillaume est simple, efficace, sans fioritures, et les travaux de recherche de l’auteur sont sans doute impressionnants. Mon seul regret : j’aurais aimé que ce roman se concentre beaucoup plus sur la période de tournage plutôt que sur l’avant.

Extraits …

« Son haleine empestait l’alcool. La pression qu’exerçaient ses mains plaquées sur les tempes de Vivien Leigh augmentait à mesure qu’il récitait son texte d’une voix douce et menaçante :
Regardez mes mains, ma chère, elles pourraient vous tuer. Si cela tuait votre amour pour Ashley, je le ferais…
Vivien Leigh se rappela soudain ce qu’Olivia de Havilland lui avait dit : s’il le voulait, Gable nous écrabouillerait d’un coup de poing. Elle n’eut donc aucun mal à paraître aussi affolée que Scarlett, terrifiée par la sauvagerie de son mari. »

4 commentaires sur “Scarlett • François-Guillaume Lorrain

Ajouter un commentaire

    1. Je partage ton avis, ce film est un grand classique (et les romans sont magnifiques aussi). Si tu souhaites en apprendre davantage sur les coulisses du film, et croiser Selznick, Vivien Leigh, Clark Gable et tant d’autres, alors oui ce livre te plaira sans doute.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :