Fashion : Une histoire de la mode du XVIIIe au XXe siècle • Akiko Fukai

heart_51

couv63133446-gif

Éditions Taschen, 2010 (620 pages)

Ma note : 17/20

Quatrième de couverture …

Quatre siècles de mode.
Le Kyoto Costume Institute fondé en 1978 possède l’une des collections de vêtements les plus complètes au monde. Principalement intéressé par la mode féminine occidentale, il a amassé un nombre impressionnant de vêtements historiques, de sous-vêtements, de chaussures et d’accessoires de mode du XVIIe siècle à nos jours. Fashion History présente quatre siècles de mode féminine à travers une sélection de photographies tirées des archives du Kyoto Costume Institute. On y découvrira des trésors rares allant du corset en fer avec son cache-corset brodé jusqu’aux vêtements modernes de designers tels que Yves Saint-Laurent et Calvin Klein. Le Kyoto Costume Institute considère que le vêtement est le reflet de notre personnalité, de notre époque et de la société à laquelle on appartient. Lire la suite « Fashion : Une histoire de la mode du XVIIIe au XXe siècle • Akiko Fukai »

Peau d’âne, d’après le conte de Charles Perrault • Jacques Demy

heart_4

15110984_1746177205646211_8869133329773787243_o

Éditions de La Martinière, 2014 (140 pages)

Ma note : 16/20

Quatrième de couverture …

« Parce qu’une princesse refuse d’épouser son père,
Parce qu’un âne fait bêtement des crottes d’or.
Parce qu’une rose qui parle vous regarde
Toujours dans les yeux.
Parce qu’une fée tombe amoureuse et que cela ne se fait pas,
Parce qu’un prince a su rester charmant.
Parce qu’enfin cette histoire de doigt et d’anneau,
De vous à moi, c’est fort curieux. »

JACQUES DEMY Lire la suite « Peau d’âne, d’après le conte de Charles Perrault • Jacques Demy »

Mistinguett, la légende du music-hall • André Bernard et Martin Pénet

heart_4

maxresdefault

Éditions Omnibus, 2014 (178 pages)

Ma note : 16/20

Quatrième de couverture …

Mistinguett, c’est le mythe même du music-hall, avec ses aigrettes, ses costumes fastueux, ses girls et ses boys, tout un monde d’amis, d’amants, de partenaires, d’admirateurs, de rivalités et de commérages.
Dès ses premiers pas, à 18 ans, au Casino de Paris, travail et discipline l’ont menée du caf’ conc’ aux revues satiriques, des comédies aux opérettes ou aux films muets, puis enfin au music-hall dont elle est devenue, dès l’aube du XXème siècle, la reine incontestée. L’inoubliable “Miss” a traversé plus d’un demi-siècle, s’adaptant à toutes les modes et à tous les mouvements du temps.
Mistinguett, c’est aussi cette voix aux accents canailles, tour à tour dramatique, mélancolique, entraînante, ironique… si suggestive qu’elle fait monter les larmes aux yeux… voix qui a magnifiquement incarné le Paris populaire, voix qui a fait rêver jusqu’en Amérique… C’est enfin un visage, une énergie et un regard dont le magnétisme perdure.
Qu’elle joue la jeune fille pauvre des faubourgs, qu’elle soit oiseau de paradis aux somptueux atours, qu’elle s’affiche à la une des magazines, mettant en scène sa vie d’artiste comme sa vie privée – Ah ! ses amours avec Maurice Chevalier – elle a été une immense vedette très chère au cœur des Français.
André Bernard et Martin Pénet, tous deux spécialistes reconnus de l’histoire de la chanson, nous font revivre dans cet album, illustré de 250 documents issus de leurs collections (photographies, partitions, programmes, affiches…), son parcours exceptionnel. Lire la suite « Mistinguett, la légende du music-hall • André Bernard et Martin Pénet »

Fastes et rayonnement du Second Empire • Françoise Ravelle

heart_51

fastes-et-rayonnemen-57861d0cbdd9b

Éditions Parigramme, 2016 (125 pages)

Ma note : 17/20

Quatrième de couverture …

Dans tous les domaines – mode, architecture, arts décoratifs, sculpture, musique… – le Second Empire imprime sa marque, magnifiant l’opulence, pastichant et mélangeant les styles du passé comme ceux d’un Orient lointain ou proche. Cette volonté de tout embrasser dit l’appétit d’une bourgeoisie triomphante et son plaisir non dissimulé de s’approprier des styles auxquels les rois de France ont attaché leur nom. Mais, au-delà d’une quête de légitimité historique et du souci de paraître, c’est aussi une part intime et rêveuse qui se manifeste, trouvant de nouveaux modes d’expression dans la manière de se vêtir, de se loger ou d’aménager son intérieur. Lire la suite « Fastes et rayonnement du Second Empire • Françoise Ravelle »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑