La nouvelle vie d’Arsène Lupin • Adrien Goetz

heart_1

9782253098973-001-t

Éditions Le livre de poche, 2016 (239 pages)

Ma note : 09/20

Quatrième de couverture …

Arsène Lupin revient. Un héros des années 10, lui ? Oui : des années 2010 ! Le gentleman-cambrioleur, plus sportif, gouailleur, élégant et désinvolte que jamais, détrousse les réseaux sociaux, enlève les scénaristes de sa série télévisée favorite, s’attaque au changement climatique, s’envole vers les Émirats, et va jusqu’à faire invalider les comptes de campagne du nouveau président de la République…
Dans ce trépidant divertissement, Adrien Goetz rajeunit le plus mythique des personnages français, ainsi que ses partenaires et adversaires, du ridicule détective Herlock Sholmès à la redoutable Joséphine Balsamo, convertie au féminisme militant. Le traque d’Arsène Lupin commence ! Lire la suite « La nouvelle vie d’Arsène Lupin • Adrien Goetz »

Fidèle au poste • Amélie Antoine

heart_4

couv37987874

Éditions Michel Lafon, 2016 (312 pages)

Ma note : 16/20

Quatrième de couverture …

Mai 2013. Chloé et Gabriel, mariés depuis plusieurs années, mènent une existence heureuse à Saint-Malo, jusqu’au jour où la jeune femme se noie accidentellement au cours d’une baignade matinale. Gabriel, incapable de surmonter seul son chagrin, se décide à chercher du soutien auprès d’un groupe de parole. Il fait alors la connaissance d’Emma, une photographe récemment arrivée en ville, qui l’aide à traverser cette épreuve du deuil.
Mais Chloé semble toujours très présente et étonnamment vivante aux yeux de Gabriel qui ne parvient pas à l’oublier et à se reconstruire.
Et si la réalité n’était pas celle à laquelle le jeune veuf se raccroche ? Lire la suite « Fidèle au poste • Amélie Antoine »

Les diaboliques • Jules Barbey d’Aurevilly

heart_32

jules-barbey-d-aurevilly-les-diaboliques

Éditions Le livre de poche, 2013 (350 pages)

Ma note : 13/20

Quatrième de couverture …

Quant aux femmes de ces histoires, pourquoi ne seraient-elles pas Les Diaboliques ? N’ont-elles pas assez de diabolisme en leur personne pour mériter ce doux nom ? Diaboliques ! il n’y en a pas une seule ici qui ne le soit à quelque degré. Comme le Diable, qui était un ange aussi, mais qui a culbuté, la tête en bas, le… reste en haut ! Pas une ici qui ne soit pure, vertueuse, innocente. Monstres même à part, elles présentent un effectif de bons sentiments et de moralité bien peu considérable. Elles pourraient donc s’appeler aussi « les Diaboliques », sans l’avoir volé… On a voulu faire un petit musée de ces dames. L’art a deux lobes, comme le cerveau. La nature ressemble à ces femmes qui ont un œil bleu et un œil noir. Voici l’œil noir dessiné à l’encre – à l’encre de la petite vertu.

Barbey d’Aurevilly. Lire la suite « Les diaboliques • Jules Barbey d’Aurevilly »

Lady Scarface • Diane Ducret

heart_4

9782262064297

Éditions Perrin, 2016 (383 pages)

Ma note : 15/20

Quatrième de couverture …

Chicago. Début des années folles.
Le Syndicat du crime n’est pas qu’une affaire d’hommes, il se conjugue aussi au féminin.
Elles sont fugueuses, frondeuses, parfois meurtrières, mais toujours rebelles. Elles s’appellent Mary Josephine Capone alias Mae, Ada et Minna Everleigh, les Impératrices du vice, Margaret Collins, la Fille au baiser mortel, Louise Rolfe, l’Alibi blond, Bonnie Parker, la Juliette au revolver, ou encore Virginia Hill, le Flamant rose : elles sont les compagnes d’infortune comme de gloire d’Al Capone, Clyde Barrow ou Bugsy Siegel, barons noirs des années de plomb qui ont fait trembler l’Amérique.
Traquées par le légendaire patron du FBI, J. Edgar Hoover, muses de la prohibition et de ses fêtes décadentes, elles n’ont rien à envier aux gangsters, l’intelligence et les talons hauts en prime.
Le crime ne paie peut-être pas, mais il séduit toujours. À partir d’archives déclassifiées du FBI et d’Alcatraz, de journaux de l’époque, d’entretiens avec des descendants et de documents inédits, Diane Ducret dévoile avec le talent qu’on lui connaît l’intimité de celles qui ont choisi d’être des Lady Scarface, à la vie à la mort… Lire la suite « Lady Scarface • Diane Ducret »

Les trois mousquetaires • Alexandre Dumas

heart_51

9782266239127

Éditions Pocket, 2012 (705 pages)

Ma note : 17/20

Quatrième de couverture …

Le succès de leurs aventures ne s’épuisera jamais : Athos, Porthos, Aramis et d’Artagnan sont sortis des bibliothèques pour descendre dans la rue. Depuis un siècle et demi, ils nous enseignent l’amitié, l’insolence et l’audace. Pour sauver son orgueilleuse et mélancolique reine, le quatuor mythique de la chevalerie française affronte la noirceur de Richelieu et la perfidie de Milady.
Unis par une fraternité sacrée qui les rend invincibles, ils incarnent le charme et l’indépendance de tout un peuple. Mais la flamme et la vitalité qui émanent de chaque page de ce roman reste un mystère : il en va ainsi de tous les chefs-d’œuvre. Lire la suite « Les trois mousquetaires • Alexandre Dumas »

Nadja • André Breton

heart_2

9782070360734

Éditions Folio, 2015 (190 pages)

Ma note : 10/20

Quatrième de couverture …

« J’ai pris du premier au dernier jour, Nadja pour un génie libre, quelque chose comme un de ces esprits de l’air que certaines pratiques de magie permettent momentanément de s’attacher, mais qu’il ne saurait être question de se soumettre. J’ai vu ses yeux de fougère s’ouvrir le matin sur un monde où les battements d’ailes de l’espoir immense se distinguent à peine des autres bruits qui sont ceux de la terreur et, sur ce monde, je n’avais vu encore que des yeux se fermer. » Lire la suite « Nadja • André Breton »

L’étranger • Albert Camus

heart_32

16117_aj_m_1375.pjpeg

Éditions Folio, 2011 (184 pages)

Ma note : 12/20

Quatrième de couverture …

« Quand la sonnerie a encore retenti, que la porte du box s’est ouverte, c’est le silence de la salle qui est monté vers moi, le silence, et cette singulière sensation que j’ai eue lorsque j’ai constaté que le jeune journaliste avait détourné les yeux. Je n’ai pas regardé du côté de Marie. Je n’en ai pas eu le temps parce que le président m’a dit dans une forme bizarre que j’aurais la tête tranchée sur une place publique au nom du peuple français. »

L’étranger est le premier roman d’Albert Camus, Prix Nobel de littérature en 1957. Lire la suite « L’étranger • Albert Camus »

Eux sur la photo • Hélène Gestern

heart_4

arton927

Éditions Arléa, 2015 (301 pages)

Ma note : 16/20

Quatrième de couverture …

Une petite annonce dans un journal : Hélène cherche la vérité sur sa mère, morte lorsqu’elle avait trois ans. Son seul indice : deux noms sur une photographie retrouvée dans des papiers de famille. Une réponse arrive : Stéphane a reconnu son père.
Commence alors une correspondance, parsemée de détails, d’abord ténus puis plus troublants. Patiemment, Hélène et Stéphane remontent le temps jusqu’à ce que leurs histoires se répondent.

Avec Eux sur la photo, Hélène Gestern nous livre une magnifique réflexion sur le secret de famille et la mémoire particulière que fixe la photographie. Lire la suite « Eux sur la photo • Hélène Gestern »

La vie est facile, ne t’inquiète pas • Agnès Martin-Lugand

heart_32

13428026_1684680115129254_786870499853287207_n

Éditions Pocket, 2016 (251 pages)

Ma note : 14/20

Quatrième de couverture …

Rentrée d’Irlande, Diane est bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l’aide de son ami Félix, elle s’est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C’est là, aux « Gens heureux lisent et boivent du café », son havre de paix, qu’elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné, et, surtout, il comprend son refus d’être mère à nouveau. Car elle ne peut se remettre de la perte de sa fille.
Bientôt, un évènement inattendu va venir bouleverser les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé. Aura-t-elle le courage d’accepter un autre chemin ? Lire la suite « La vie est facile, ne t’inquiète pas • Agnès Martin-Lugand »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑