heart_4

9782262064297

Éditions Perrin, 2016 (383 pages)

Ma note : 15/20

Quatrième de couverture …

Chicago. Début des années folles.
Le Syndicat du crime n’est pas qu’une affaire d’hommes, il se conjugue aussi au féminin.
Elles sont fugueuses, frondeuses, parfois meurtrières, mais toujours rebelles. Elles s’appellent Mary Josephine Capone alias Mae, Ada et Minna Everleigh, les Impératrices du vice, Margaret Collins, la Fille au baiser mortel, Louise Rolfe, l’Alibi blond, Bonnie Parker, la Juliette au revolver, ou encore Virginia Hill, le Flamant rose : elles sont les compagnes d’infortune comme de gloire d’Al Capone, Clyde Barrow ou Bugsy Siegel, barons noirs des années de plomb qui ont fait trembler l’Amérique.
Traquées par le légendaire patron du FBI, J. Edgar Hoover, muses de la prohibition et de ses fêtes décadentes, elles n’ont rien à envier aux gangsters, l’intelligence et les talons hauts en prime.
Le crime ne paie peut-être pas, mais il séduit toujours. À partir d’archives déclassifiées du FBI et d’Alcatraz, de journaux de l’époque, d’entretiens avec des descendants et de documents inédits, Diane Ducret dévoile avec le talent qu’on lui connaît l’intimité de celles qui ont choisi d’être des Lady Scarface, à la vie à la mort…

La première phrase

« Contre les vitres opaques de la berline qui stationne devant l’embarcadère, les photographes se pressent, se bousculent. Dans l’habitacle, les cheveux blonds au carré crantés et coiffés d’un chapeau noir de Mae. »

Mon avis …

Véritable reportage (à lire à la manière d’un roman), Diane Ducret nous entraîne dans le quotidien des fiancées de la poudre au temps de la prohibition. Chicago. New-York. Los Angeles. Si différentes soient-elles, ces femmes extraordinaires ont un point commun : elles ont soif de liberté à l’heure où les femmes se doivent d’être de bonnes épouses et de parfaites femmes d’intérieur, mais surtout le FBI les traque…

Autant vous l’avouer tout de go, j’ai grandement apprécié cette aventure livresque. Je pense avoir appris énormément de choses sur le contexte de l’époque, les grandes figures de la mafia d’antan. Mais surtout, j’ai adoré rencontrer divers portraits féminins (qui m’étaient pour la plupart inconnus). Par le biais d’une documentation extrêmement riche, l’auteure lève ainsi le voile sur le quotidien de femmes connues (Mae Capone, Bonnie Parker), mais n’en oublie pas pour autant certaines fiancées qui se font moins présentes dans les esprits (Margaret Collins, Louise Rolfe ou encore Evelyn Frechette). Deux profils se détachent : les fiancées qui ferment les yeux, qui clament haut et fort ne rien connaître des activités frauduleuses de ces messieurs tout en mimant une vie de famille ordinaire ; les demoiselles qui n’hésitent pas à se salir les mains et à se faire complices des excursions criminelles. Tuer. Enlever. Couvrir leurs époux. Trembler. Fuir un FBI qui n’a de cesse de les poursuivre. Dès lors, rien ne leur est épargné.

Autour de ce récit dévoilant ces nombreux portraits, un fil conducteur : Al Capone, dit Scarface. Nous suivons ainsi son vécu, de manière chronologique (de son ascension dans la mafia à son décès). Les années passent doucement, Diane Ducret nous présente petit à petit une sélection de femmes en relation avec des bandits notoires.

Si j’ai apprécié en apprendre énormément sur ces femmes, je pense m’être surtout intéressée à Mae Capone ainsi qu’à Bonnie Parker. Mary Josephine Capone est présentée comme une femme douce, plutôt effacée, attachée à la vie de famille. Les nombreuses arrestations de Capone. Son combat face à la maladie de son mari. On ne peut qu’imaginer les difficultés que Mae s’est vue traverser. Les passages relatant la détention d’Al Capone à Alcatraz, prison la plus sécurisée des États-Unis, sont glaçants tout autant qu’édifiants. Mae tiendra grâce à son amour pour leur fils. Elle finira tout autant par se mettre en avant pour protéger son cher et tendre et faire taire les rumeurs. J’ai trouvé son portrait extrêmement touchant, sans trop savoir pourquoi. Quant à Bonnie, c’est sa relation avec Clyde Barrow qui se retrouve au premier plan. Un amour entier. Mais surtout un amour fou. Tuer et braquer pour survivre. Ne jamais se séparer, quitte à mourir ensemble…

Chez toutes ces femmes, de nombreux points communs subsistent. Une enfance sombre, souvent malheureuse. De la violence. Un fort attrait pour l’argent, le luxe, les armes, les belles voitures. Je l’ignorais mais au sein même des différents clans, de véritables batailles se livrent (les Irlandais contre les Italiens notamment). Aussi, si la menace d’être arrêté(e) par le FBI plane nécessairement, la sécurité n’est pas toujours assurée au sein même de son clan (provocations, bagarres, lutte pour le pouvoir). Je n’ai eu de cesse de me demander comment vivre lorsqu’on se sait traqué(e) dans ses moindres faits et gestes, et lorsque finalement on ne peut faire confiance à personne.

En bref, j’ai apprécié ce roman sous forme de reportage. On ne peut que comprendre aisément en quoi ces hommes, ces femmes ont pu faire la une des journaux ou encore inspirer le cinéma, la littérature de l’époque. Ces drôles de personnages fascinent autant qu’ils inspirent la crainte et l’effroi. Même si je me suis beaucoup plus intéressée à certains portraits qu’à d’autres, je trouve le travail de Diane Ducret hautement documenté (je pense notamment aux photographies qui permettent de mettre un nom sur un visage). Il permet de découvrir une toute autre facette des Années folles.

Extraits …

« Une certaine idée de l’honneur alliée à la poudre fait fleurir plus qu’aucune saison les chrysanthèmes. »

« La distance sépare les amours transitoires, mais renforce les cœurs fidèles. C’est fou de voir à quel point les barreaux transforment des maris distraits en merveilleux repentis. »

(Evelyn Frechette) « Je suis ici parce que je suis tombée amoureuse du mauvais homme – pas mauvais pour moi, mais mauvais si je voulais me tenir à l’écart des ennuis. »

« Savoir garder le silence, adresser un sourire chargé de sous-entendus, rester sourde aux questions, éluder les réponses, dissimuler des preuves, tel est l’art majeur de celles que la presse appelle désormais les fiancées de la poudre, ces femmes amoureuses de gros calibres de la pègre. »

Publicités