heart_4

9782253005230-T

Éditions Le livre de poche, 2005 (221 pages)

Ma note : 15/20

Quatrième de couverture …

Dans Sido, la première partie du livre, Colette évoque le souvenir de sa mère tant aimée. Elle nous parle aussi de son père, « le capitaine », second mari de Sido, de sa sœur aînée, « l’étrangère », et de ses deux frères, « les sauvages », de l’amour qui unissait ses parents et de son enfance heureuse.
Des confidences, des anecdotes, des dialogues sur tous les thèmes chers à Colette : l’amour, l’indépendance, la solitude, les souvenirs, les bêtes, la nature, composent Les vrilles de la vigne, la seconde partie du volume.
Grâce à ce style dru, savoureux, propre à Colette, les récits, d’une extraordinaire poésie, sont parmi les plus beaux de notre littérature.

La première phrase

« – Et pourquoi cesserais-je d’être de mon village ? Il n’y faut pas compter. Te voilà bien fière, mon pauvre Minet-Chéri, parce que tu habites Paris depuis ton mariage. »

Mon avis …

Il y a quelques mois déjà, je vous avais fait part de mes ressentis concernant La maison de Claudine, récit autobiographique reprenant l’enfance heureuse de Colette. Si je m’étais plongée avec délices dans l’écriture riche et sensorielle de son auteure, je m’étais quand même bien ennuyée, préférant ainsi les quelques rares passages nous présentant Sidonie Landoy, mère de Colette, à ceux (plus nombreux) mettant en scène des animaux ou n’étant pas suffisamment centrés sur les membres de la famille Colette. Je me suis alors rappelée que « Sido » trônait quelque part dans ma bibliothèque, ayant étudié ce recueil pendant mes années lycée (pour le bac de français). J’ai cette fois-ci été ravie de ma lecture. L’écriture de Colette est toujours aussi merveilleuse. Fine, faisant appel aux cinq sens, elle m’a laissée sur l’impression d’avoir feuilleté un album photo tout au long de ma lecture.

« Sido » se concentre principalement sur la famille de la romancière. Ses parents, ses frères (dont on se dit très vite qu’ils font effectivement office de petits chenapans), ou encore sa malheureuse sœur aînée (rejetée depuis l’annonce de son mariage) évoluent ainsi au gré des pages. De son côté, le recueil « Les vrilles de la vigne » s’attarde davantage sur un portrait de Colette ayant atteint l’âge adulte. J’ai ainsi pu apprendre énormément d’éléments la concernant comme son goût pour l’indépendance, son refus des convenances, ou encore son attirance pour les femmes.

Je me rend compte que j’apprécie surtout lire Colette lorsqu’elle évoque sa mère : une femme de caractère, difficile, mais amoureuse de la nature et des animaux, tout en se montrant pleine de tendresse pour les siens. Elle m’aura visiblement fait forte impression. Si elle ne devait pas être à prendre avec des pincettes, je me suis passionnée pour son portrait. De cet album de souvenirs, et de cet univers coloré, j’ai également retenu l’image d’un « Capitaine » boitillant, en admiration totale devant sa femme (Sido). J’ai adoré essayer de déceler quels liens l’auteure pouvait entretenir avec chacun des membres de sa famille, tout comme j’ai apprécié me retrouver happée dans une toute autre époque. Colette ne s’arrête pourtant pas là, et tient tout autant à évoquer sa fille (« Bel-Gazou ») ou encore sa carrière au music-hall. De même, comme sa mère qui adorait les animaux, Colette n’hésitera pas à laisser la parole à ses animaux de compagnie, l’occasion pour le lecteur de tomber sur quelques dialogues surprenants, mais finalement amusants.

Vous l’aurez compris, j’ai pris un réel plaisir à redécouvrir Colette. Alors même que « Sido » n’avait pas du tout fait écho en moi lors de ma première rencontre avec la romancière (en cours de français lorsque j’étais toujours au lycée). J’ai maintenant hâte de lire l’auteure dans un tout autre registre : celui du roman (peut-être avec « Chéri » ?).

Extraits …

« – Vois comme cette pensée ressemble au roi Henri VIII d’Angleterre, avec sa barbe ronde, disait-elle. Au fond, je n’aime pas beaucoup ces figures de reîtres qu’ont les pensées jaunes et violettes. »

« Peu de jours après, je trouvais ma mère sous l’arbre, passionnément immobile, la tête à la rencontre du ciel d’où elle bannissait les religions humaines…

– Chut ! … Regarde…

Un merle noir, oxydé de vert et de violet, piquait les cerises, buvait le jus, déchiquetait la chair rosée…

– Qu’il est beau ! … chuchotait ma mère. Et tu vois comme il se sert de sa patte ? Et tu vois les mouvements de sa tête et cette arrogance ? Et ce tour de bec pour vider le noyau ? Et remarque bien qu’il n’attrape que les plus mûres…

– Mais maman, l’épouvantail…
– Chut ! … L’épouvantail ne le gêne pas…
– Mais, maman, les cerises ! …

Ma mère ramena sur la terre ses yeux couleur de pluie :

– Les cerises ? … Ah ! oui, les cerises… »

Publicités