1920witch

Il y a quelques jours, Fanny du Cottage aux livres a eu la très bonne idée de publier un joli billet Halloween : il s’agissait de nous présenter ses cinq films préférés (en noir et blanc) à visionner spécialement le soir du 31 octobre. Frissons garantis ! J’ai moi aussi eu envie de me prêter au jeu. Voici donc quatre films que je vous recommande chaudement si vous souhaitez frissonner sous la couette. Si ce sont pour la plupart de « vieux » films, ils n’en sont pas moins angoissants et me terrifient encore pour certains.

Psychose, d’Alfred Hitchcock (1960)

1882695551

On ne présente plus ce grand classique du cinéma réalisé par Alfred Hitchcock. Si vous ne l’avez pas encore vu, je ne peux que vous inciter à sauter le pas. Si je l’ai déjà visionné à plusieurs reprises, je ne me lasse toujours pas de son intrigue ni de ses personnages. D’Alfred Hitchcock, je vous conseille également Rebecca (le film étant une adaptation du fabuleux roman de Daphné du Maurier) ainsi que Fenêtre sur cour (avec Grace Kelly).

En cavale, Marion Crane décide de passer la nuit dans un motel isolé. Notre héroïne souhaite rester discrète, ayant dérobé une valise remplie de billets que son patron lui avait confiée (afin qu’elle soit déposée à la banque). Lorsque Marion disparaît subitement, les premiers soupçons se portent sur Norman Bates, le jeune homme qui tient le motel. Aidée d’un enquêteur, la sœur de la disparue entend bien lever le voile sur cette affaire.

psycho

La maison du diable, de Robert Wise (1963)

18815773

Moins connu que Psychose, La maison du diable est pourtant un film qui m’avait fait grand effet lorsque j’étais tombée dessus complètement par hasard à la télé… Je me rappelle encore de la tension latente, et du final. Ambiance gothique garantie ! L’intrigue est davantage axée sur le surnaturel. Aussi si vous aimez les histoires à base de fantômes, de bruits angoissants et de maison hantée, foncez !

Afin de réaliser une expérience de perception extrasensorielle, un médecin (le Dr Markway) invite trois personnes à séjourner dans une demeure on ne peut plus lugubre et réputée hantée. Si Theodora ne semble pas vraiment impressionnée, Eleanor se montre plus fragile. Manifestations sonores, atmosphère oppressante, la jeune femme est on ne peut plus terrorisée. La maison semble lui en vouloir et lui adresser de curieux messages. Eleanor est-elle en proie à de réelles manifestations surnaturelles ou serait-elle peu à peu en train de sombrer dans la folie ?

maisondiable03

Rosemary’s baby, de Roman Polanski (1968)

rosemary-s-baby-94691

Rappelez-vous, au cours du mois de septembre j’avais consacré un billet au roman d’Ira Levin. Je l’avais alors beaucoup aimé. Pour celles et ceux qui n’ont pas spécialement envie de se lancer dans cette lecture et qui préfèrent se tourner vers la version ciné, celle-ci se montre d’une incroyable fidélité au roman d’origine. L’ambiance sixties. Le jeu des acteurs. Mes nombreuses interrogations concernant les personnages de Guy et de Rosemary. Une tension grandissante. Il faut savoir qu’à l’instar d’Hitchcock rien n’est ici vraiment montré. Tout est suggéré, et c’est justement ce qui fait travailler notre imagination pour nous faire d’autant plus frissonner.

Guy et Rosemary forment un couple solide. Alors même que nos amoureux emménagent dans leur premier « vrai » appartement, ils font la connaissance des Castevet, des voisins plutôt envahissants et étrangement soucieux de veiller sur Rosemary. Un peu trop peut-être ? Il faut dire que l’immeuble ne jouit pas d’une excellente réputation. Il aurait accueilli des criminels ou encore un mystérieux sorcier. Une voisine retrouvée défenestrée, de curieux chants accompagnés d’instruments… Et si une effrayante malédiction se poursuivait ?

rosemary-s-baby

Shining, de Stanley Kubrick (1980)

shining-de-stanley-kubrick

Vu il y a peu (moins d’un mois), j’ai littéralement été embarquée par Shining tout en étant terrorisée par de nombreuses scènes (notamment celle mettant en scène le fameux « Redrum »). En cause : le charisme de Jack Nicholson (on ne peut plus convaincant et terrifiant dans son rôle de père de famille qui perd peu à peu les pédales), la tension latente du film, la présence de Danny, un petit garçon qui se retrouve subitement confronté à des éléments surnaturels. Si vous ne connaissez pas encore ce film, je ne peux que vous inviter à franchir le cap.

Afin de mettre du beurre dans les épinards, les Torrence s’installe dans un hôtel isolé, en plein hiver, afin d’en assurer le gardiennage. Ce que la famille ignore encore, c’est qu’un massacre a été commis dans la chambre 237 il y a bien des années. Soumis à des visions, le petit Danny assemble peu à peu les pièces du puzzle. Il semblerait que l’hôtel et ses fantômes soient bien loin de vouloir laisser la famille vivre tranquillement.

images

En avez-vous vu certains ? Quels sont vos films favoris pour Halloween ?

Publicités