23843271_1907904052806858_3136179304324045060_n

Depuis plusieurs mois maintenant, me voici plongée dans la fabuleuse saga Downton Abbey, série imaginée par Julian Fellowes. Six saisons. Le Yorkshire. Le château de Highclere. Des costumes splendides. Des personnages inoubliables. Depuis jeudi soir, je suis un peu triste de devoir me séparer des Crawley, d’Anna, de Mme Hughes et de bien d’autres. Si je regarde peu de séries, celle-ci fait et fera incontestablement partie de mes préférées.

En l’espace d’une cinquantaine d’épisodes, nous suivons les péripéties des Crawley et de leurs domestiques. Entre 1912 (la série démarre avec le naufrage du Titanic) et 1925 (année qui marque le clap de fin de Downton Abbey), tous nos personnages auront vécu des moments de joie, mais aussi des remises en question voire des tempêtes émotionnelles. Un peu comme dans la vraie vie, finalement. C’est aussi ce qui fait que l’on s’attache tellement à cette galerie de personnages. D’autant que l’on se plaît à suivre les conditions de vie de la haute aristocratie anglaise, tout autant que celles des domestiques qui font vivre le domaine. Rencontres. Projets de mariage. Décès. Naissances. J’ai adoré voir évoluer mes personnages préférés.

20236193.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx downtondress Violetdowager

Lady Crawley (Cora), la comtesse douairière et Lady Sybil font unanimement partie de mes protagonistes favoris. Avec ses réparties piquantes, Maggie Smith est tout simplement parfaite, et inoubliable, dans le rôle de Violet Crawley. Si son personnage cherche avant tout à préserver et à faire respecter les traditions d’un autre temps, la comtesse finira par comprendre malgré elle que le monde d’après-guerre n’est plus ce qu’il était, et que des changements sont nécessaires pour garder Downton Abbey en vie. Malgré son caractère froid et distant, elle n’hésitera pas à protéger ses petites-filles et à leur prodiguer ses conseils face à divers scandales ou aux vicissitudes de la vie.

Les domestiques tiennent également une place extrêmement importante dans la série. Ils participent à l’équilibre du domaine et le font vivre, chacun à leur manière. Grâce à Downton Abbey, j’ai appris que la hiérarchie était de mise downstairs. Carson, le majordome, et Mrs Hughes, gouvernante, veillent au grain pour que tout un chacun reste à sa place et remplisse les missions demandées. Et autant le dire, jalousie et rivalités sont de mise entre domestiques, quelques coups bas suivis de près par des tentatives de vengeance rythmeront d’ailleurs le quotidien de nos personnages. J’ai apprécié voir évoluer des protagonistes très différents de par leur personnalité, et leurs ambitions personnelles. Si je vous avoue avoir beaucoup aimé le personnage d’Anna, j’ai tout autant apprécié la bienveillance de Mrs Hughes (malgré sa sévérité). Bates est également un personnage touchant, et ce dès son arrivée dans la série.

95fd6ae893100aeff6ac13baa66acc19 downton-abbey-anna-bates

Un soin particulier est apporté aux décors et aux costumes. Le tout se fait extrêmement réussi, et permet une véritable plongée dans les années 1910-1920. Le spectateur peut tout à fait se rendre compte de l’évolution de la mode dans ces années-là, où les robes un peu guindées du tout début du XXe siècle sont ensuite troquées contre des robes aux lignes plus modernes et aux motifs Art déco. Les robes de soirée portées par Lady Mary ou encore Lady Edith sont on ne peut plus scintillantes.

da-s6-characters-mary-hires Edith_in_gold_with_headband

Curieusement, au fil des saisons je me suis surprise à apprécier différemment les caractères de nos personnages. Si dans les premières saisons, Lady Mary me semblait plutôt intéressante à suivre, elle aura fini par m’agacer dans les saisons 5 et 6 à se montrer aussi vaniteuse et autocentrée. J’ai pourtant été émue par son vécu, j’en voulais même à Julian Fellowes d’avoir pu penser tous ces évènements pour notre héroïne… A contrario, si Lady Edith n’avait pas ma préférence au début de la série, j’ai fini par changer d’avis tant elle réussit à s’affirmer, à faire ses propres choix. Moins jolie et plus effacée que ses sœurs, c’est pourtant le personnage de la série (avec Thomas Barrow) qui aura réussi à me surprendre le plus point de vue évolution.

En bref, cette série est tout simplement magique. Si j’ai trouvé qu’elle s’essoufflait quelque peu à partir de la saison 5 (où l’on tourne un peu en rond), les derniers épisodes me semblent tout à fait parfaits pour ce qui est de clôturer la saga. J’ai toujours adoré les épisodes de Noël qui dégagent une atmosphère festive, et en même temps si particulière. J’ai ici été émue de devoir quitter tous ces personnages qui m’accompagneront sans doute encore longtemps.

Downton-Abbey-Gift-Guide 1385737_10202349658000789_808526964_n

Publicités